MENU
Accueil
Coronavirus : les réponses (parfois floues) d'Édouard Philippe et Olivier Véran
Écouter le direct
Édouard Philippe et Olivier Véran lors d'un conférence de presse le 28 mars 2020. (photo : Geoffroy Van Der Hasselt)
Édouard Philippe et Olivier Véran lors d'un conférence de presse le 28 mars 2020. (photo : Geoffroy Van Der Hasselt) ©AFP

Coronavirus : les réponses (parfois floues) d'Édouard Philippe et Olivier Véran

Hier soir, le Premier ministre et le ministre de la santé répondaient aux questions des députés lors d'une séance organisée en visioconférence par l'Assemblée Nationale. Le sujet était bien évidemment le coronavirus.

La pandémie de coronavirus est une situation inédite, à laquelle le gouvernement français tel qu'il existe aujourd'hui n'a jamais eu à affronter. Ainsi, certaines questions restent aujourd'hui sans réponse pour le Premier ministre Édouard Philippe qui doit faire face à un problème dont la situation évolue tous les jours. Il s'est alors exprimé sur le déconfinement et le baccalauréat, tandis qu'Olivier Véran a lui abordé la question des masques et des médicaments.

"Je préfère dire les choses très sincèrement et très clairement, nous ne savons pas tout__." Voilà comment Édouard Philippe a abordé cette séance de mission d’information de l’Assemblée mercredi 1er avril. Le Premier ministre a ainsi anticipé les questions des députés auxquelles il ne pourrait pas forcément répondre. Il parle ici du virus évidemment, mais aussi des ses conséquences et des questions scientifiques qui gravitent autour. Il est alors difficile de voir très loin dans cette crise.

Le déconfinement ne sera pas général et total

Édouard Philippe a ainsi abordé le déconfinement, en rappelant que pour le moment, il faut rester confiné. Mais il parle d'une question "redoutablement complexe" car sans précédent. "On n'a jamais confiné aussi largement autant de gens et donc, par définition, on n'a jamais déconfiné aussi largement autant de gens." Il ajoute que ce déconfinement dépendra d'éléments dont l'État ne dispose pas encore pour le moment. En effet, cela dépendra des traitements disponibles ou non à ce moment, mais aussi des tests que nous pouvons réaliser.

Il est donc probable que nous ne nous acheminions pas vers un déconfinement qui serait général et absolu en une fois partout et pour tout le monde.

Il pourrait alors être "régionalisé", "sujet à une politique de test" ou encore en fonction de classes d'âge. Le Premier ministre affirme que les scénarios sont en train d'être examinés pour définir les conditions d'un déconfinement, qui n'est en revanche pas pour demain.

Le bac : des réponses en fin de semaine

Le Premier ministre s'est également exprimé sur le baccalauréat et sa tenue qui inquiète de nombreux Français, élèves comme parents. Alors que l'échéance approche, le ministre de l'éducation Jean-Michel Blanquer devrait indiquer les conditions dans lesquelles les épreuves se dérouleront en fin de semaine. "Il nous paraît délicat d’imaginer faire comme si de rien n’était" a pour autant affirmé Édouard Philippe. Parmi les options possibles pour le bac 2020, on trouve alors un contrôle continu sans épreuve finale, ou alors seulement une ou deux épreuves. En tous cas, il ne se déroulera pas dans les conditions initialement prévues.

"Nous avons de quoi tenir durablement"

Côté santé, Olivier Véran, ministre des Solidarités et de la Santé, a répondu aux questions concernant les masques et les médicaments. Il a donc indiqué avoir commandé "plus d'__un milliard et demi de masques en France et à l'étranger." À propos des inquiétudes formulées sur une éventuelle pénurie de médicaments par certains députés, le ministre répond que nous pouvons tenir avec les ressources qui sont à notre disposition, mais qu'il faut cependant y faire attention. Il en a d'ailleurs profité pour saluer l'industrie pharmaceutique française pour son travail.