MENU
Accueil
Coronavirus : Donald Trump minimise encore la dangerosité du virus
Écouter le direct
Donald Trump lors d'un meeting
Donald Trump lors d'un meeting ©AFP

Coronavirus : Donald Trump minimise encore la dangerosité du virus

Alors que les Etats-Unis vont bientôt compter 200 000 morts de la Covid-19, Donald Trump affirme que le virus n’affecte presque personne.

Les Etats-Unis représentent 4% de la population mondiale mais le pays dénombre 20% des morts du coronavirus dans le monde. Des chiffres alarmants qui n’ont pas empêché Donald Trump de reprendre sa campagne électorale sur un rythme quasiment normal. A l’occasion d’un meeting dans l’Ohio lundi 21 septembre, le président américain a affirmé que le coronavirus n’affectait "quasiment personne" et que la maladie était désormais bien connue des professionnels de santé. Il a aussi complimenté les jeunes pour leur résistance face au virus : "Tirez votre chapeau aux jeunes parce qu’ils ont un système immunitaire d’enfer ! Mais cela n’affecte pratiquement personne. C’est une chose incroyable."

Pourtant, l’effet du virus sur les jeunes reste encore inconnu aux Etats-Unis. Le nombre de jeunes de moins de 18 ans infecté aurait augmenté régulièrement depuis le début de la pandémie selon les Centers for Disease Control and Prevention. De plus, les jeunes participent largement à la propagation du virus.

Le nombre de morts américain ne semble pas non plus affecter Donald Trump qui n’en n’a jamais fait allusion lors de ses derniers déplacements. Il se contente ainsi de féliciter la Maison Blanche pour son travail et continue à promettre un vaccin dans quelques semaines.

Un comportement étrange qui peut peut-être trouver un éclairage dans le livre "Rage" écrit par Bob Woodward. Le célèbre journaliste américain avait alors fait des révélations importantes sur Donald Trump en retranscrivant des enregistrements téléphoniques de ses échanges avec le président. Ce dernier avait ainsi révélé au journaliste qu’il savait que la Covid-19 était mortelle depuis janvier, "peut-être cinq fois plus que la grippe", mais qu’il minimisait volontairement la gravité pour ne pas créer de panique.