MENU
Accueil
Coronavirus : de plus en plus de masques jetés dans la rue
Écouter le direct
Masque sur la voie publique - Bodo Marks/picture alliance via Getty Images
Masque sur la voie publique - Bodo Marks/picture alliance via Getty Images ©Getty

Coronavirus : de plus en plus de masques jetés dans la rue

La multiplication des masques et des gants abandonnés sur les trottoirs créent l'indignation, plusieurs agglomérations appellent au civisme de chacun.

Les masques et les gants sont rentrés dans nos vies sans prévenir... Après plusieurs semaines de confinement, beaucoup ont décidé de les adopter dans leurs déplacements, le masque est d'ailleurs obligatoire dans les transports en commun. On se protège et on protège les autres, ceci est surtout vrai pour le masque, car tous les professionnels du milieu hospitalier le disent : contrairement au port du masque, porter des gants pour se protéger est une fausse bonne idée.  

Hélas, certains d'entre nous font preuve d’égoïsme et d'irresponsabilité en jetant leurs masques et leurs gants sur les trottoirs, vous avez pu constater que les parkings des supermarchés en sont jonchés... Plusieurs agglomérations ont du faire appel au bon sens de chacun, comme la métropole de Lyon qui a du rappeler que l'on ne jetait pas ce matériel de protection en pleine rue ou dans les bacs réservés au tri des déchets :

Le SAMU de Haute-Savoie a aussi rappelé quelques vérités :

Sur Paris aussi :

Comment jeter son masque et ses gants ? 

Il faut jeter les gants et les masques dans la poubelle des déchets, ils ne sont pas recyclables. Il faut ainsi les placer dans un premier sac poubelle, puis une fois qu'il est plein, il faut attendre 24 h avant de le mettre dans les ordures ménagères. 

Les abandonner sur la voie publique est contraire à l'initiative du port du masque qui vise à se protéger du virus et à protéger les autres. De plus, il faut 450 ans à un masque chirurgical pour se décomposer dans la nature.

La ville de Vitry-le-François a adopté un arrêté pour interdire de jeter les équipements de protection sur la voie publique, sous peine d'une amende forfaitaire de 68 euros. On peut aisément imaginer que d'autres communes suivront cet exemple...