MENU
Accueil
Un homme bloqué par les gendarmes alors qu'il allait voir son père mourant
Écouter le direct
Controle gendarmerie attestations (Frédéric Scheiber)
Controle gendarmerie attestations (Frédéric Scheiber) ©AFP

Un homme bloqué par les gendarmes alors qu'il allait voir son père mourant

Alors qu'il voulait voir une dernière fois son père mourant, la gendarmerie l'interdit de passer.

Pas forcément toujours claires, les règles à respecter durant le confinement sont parfois très sévères. Un motif qui semblerait valable pour certains ne l'est apparemment pas pour d'autres. 

Appelé en urgence le vendredi 3 avril par sa belle-mère, Patrice Dupas part à 300 km de chez lui à l'Ile de Ré, afin de se rendre au chevet de son père, mourant. Âgé de 82 ans, ce dernier avait été diagnostiqué d'un cancer généralisé, quelques semaines plus tôt. Face à la situation actuelle, l'homme décide tout de même de s'assurer qu'il n'enfreint aucune loi. "Le confinement, je le comprends et je le respecte", explique-t-il à France Inter "Ils m'ont dit 'oui, oui, c'est un motif familial impérieux, il n'y a aucun problème'. "

"Vous ne passez pas"

Alors qu'il ne lui restait que 3 km de route, Patrice Dupas se heurte à un militaire beaucoup moins compréhensif. "En regardant mon attestation, il me dit 'vous ne passez pas, ce n'est pas impérieux, on n'a pas le droit d'aller visiter les anciens dans les EHPAD. Je réponds que mon père n'est pas dans un EHPAD, il est en hospitalisation à domicile et il est en phase terminale d'un cancer. Sa réponse : 'Non, non, vous ne passez pas, je vous mets une amende.'"

Malgré les explications de sa belle mère, ainsi que du médecin de famille au téléphone rien n'y fait. Après 5h de négociation, il décide de faire demi tour.  Contactée par ce dernier, la gendarmerie reconnait une erreur d'appréciation, mais explique le comportement du militaire par le contrôle strict de l'île. 

Son père décède quelques jours plus tard, sans qu'il n'ait pu lui faire ses adieux. "C'était le dernier jour où je pouvais le voir. C'est le dernier jour où l'on pouvait parler une dernière fois. On a plein de choses à dire à son père. Un père, c'est important". 

Patrice Dupas a déposé un signalement auprès de l'inspection générale de la gendarmerie nationale (IGGN), et a saisi le procureur de la République de La Rochelle. Il contestera également son amende pour non-respect du confinement.