MENU
Accueil
Confinement : au moins 10 millions de litres de bières vont être détruits
Écouter le direct
Bière pression, (Horacio Villalobos)
Bière pression, (Horacio Villalobos) ©Getty

Confinement : au moins 10 millions de litres de bières vont être détruits

Alors que leur activité est terriblement réduite depuis la fermeture des bars, restaurants et l'annulation de certains événements, les brasseurs français vont devoir se séparer d'une grande partie de leur production.

L'épidémie de coronavirus et le confinement ont eu un impact sans précédent sur l'économie et les différents commerces. Les brasseurs n'ont pas été épargnés, loin de là. Et pour cause, la fermeture des bars, des restaurants, des lieux de vie en général ont été un coup de massue pour ces commerçants, tout comme l'annulation d'événements prévoyant notamment la vente de bière, comme les festivals par exemple. 

Une destruction d'au moins 10 millions de litres de bière

En conséquence, ce ne sont pas moins de 10 millions de litres de bières qui vont devoir être détruits. C'est le constat dressé par le syndicat Brasseurs de France après une large consultation de ses adhérents qui représentent 98% de la production en France. D'après une information de l'AFP, la production française de bière devrait atteindre 22,5 millions d'hectolitres en 2020.

Des bières non pasteurisées

La cause de cette perte provient du fait que les bières populaires en ce moment ne sont souvent pas pasteurisées comme le sont par exemple les Heineken. Elles se conservent alors beaucoup moins longtemps. "Ce sont des bières très houblonnées, et si on les garde trop longtemps, quand elles dépassent deux à trois mois de conservation, l'effet olfactif et l'effet gustatif, l'arôme, disparaît" explique Brasseurs de France à l'AFP.

En plus du manque à gagner, la destruction de cette bière est onéreuse. Les brasseurs, aux finances fragiles pour certains, sont déjà très affectés. Toujours d'après l'AFP, 25% des brasseries sont à l'arrêt en France et 70% estiment une perte d'au moins 50% de leur chiffre d'affaires depuis le 15 mars.