MENU
Accueil
Climat : Greta Thunberg accuse les dirigeants d'"ignorer" le réchauffement
Écouter le direct
Greta Thunberg à Bruxelles le 5 mars 2020
Greta Thunberg à Bruxelles le 5 mars 2020 ©AFP

Climat : Greta Thunberg accuse les dirigeants d'"ignorer" le réchauffement

La militante a tenu des propos très forts et accusateurs devant le Congrès américain, alors que les Etats-Unis organisaient un sommet mondial virtuel sur le climat jeudi.

Comme à son habitude, Greta Thunberg n'a pas mâché ses mots, jeudi devant une commission du Congrès américain, en marge d'un sommet sur le climat organisé par Washington. La jeune militante écologiste suédoise a accusé les dirigeants d'"ignorer" le changement climatique.

"Combien de temps pensez-vous que vous pouvez continuer à ignorer le changement climatique (...) sans avoir à rendre des comptes ?", leur a-t-elle demandé, comme le rapporte l'AFP, avant d'ajouter : "Vous vous en tirez aujourd'hui mais, tôt ou tard, les gens vont réaliser tout ce que vous avez fait__. Vous avez encore le temps de faire ce qu'il faut et de préserver votre legs à la postérité honnêtement, mais cette fenêtre va se refermer."

Des objectifs climatiques insuffisants

Greta Thunberg a appelé les dirigeants à "faire le bon choix" en les prévenant que ce sont "nous, les jeunes, qui parlerons de vous dans les livres d'histoire. Nous choisirons comment on se souviendra de vous". Dans ce discours sévère, au ton accusateur, la jeune femme de 18 ans a estimé que les dirigeants contribuaient "en toute impunité à la destruction de l'environnement présent et futur".

Dans une vidéo publiée au même moment sur internet, Greta Thunberg estime que les objectifs que les gouvernements se fixent en matière de climat et qu'ils estiment "ambitieux", sont insuffisant. "Ces objectifs pourraient être un bon début s'ils n'étaient pas plein d'angles morts", condamne-t-elle, "nous pouvons continuer à faire semblant que ces objectifs sont à la mesure de ce dont la planète a besoin, mais, si on peut s'illusionner les uns les autres, on ne peut pas tromper la nature et la physique".

La militante dénonce aussi le fait que les dirigeants "capitulent" quand ils se bornent à limiter le réchauffement climatique à 1,5°C, comme le prévoit l'accord de Paris signé en 2015 - dans lequel les Etats-Unis viennent tout juste de revenir. "On ne peut pas se satisfaire de quelque chose parce que c'est mieux que rien", commente la militante. Elle estime que le coeur du problème est que "le niveau de sensibilisation est ridiculement bas" et que les dirigeants n'agissent pas vraiment pour le climat sans la pression des médias et des populations.