MENU
Accueil
Français, gay, musulman, candidat à l'Eurovision : une fiction israélienne fait polémique
Écouter le direct
Bilal Hassani. ©Getty

Français, gay, musulman, candidat à l'Eurovision : une fiction israélienne fait polémique

Profiter d’une compétition de chant pour commettre un attentat : c’est le pitch d’une série israélienne qui sera diffusée juste avant l’Eurovision en mai prochain. Mais le profil choisi pour incarner le terroriste susciterait quelques crispations…

« Douze Points » c'est le titre de la série inspirée par la note maximale qu'un candidat peut obtenir lors de l’Eurovision. C'est le cadre choisi pour cette fiction. Rien de plus banal mais cette fois-ci, certains éléments rappellent étrangement la réalité. L'un des protagonistes de la série (diffusée à la télévision publique juste avant le concours en mai 2019) est un jeune terroriste français. Son profil : homosexuel et musulman. Or cette année, le candidat choisi par la France est Bilal Hassani, jeune homme gay issu d'une famille musulmane.

La production se défend en arguant que la série est purement imaginaire et humoristique et qu'elle a été produite en 2018 avant la nomination de Bilal Hassani comme représentant français à l'Eurovision. Mouv' a également contacté le service presse de France Télévisions, diffuseur de l'événement déclare en préambule que ce n'est "pas un sujet" et affirme que même en cas de diffusion de la série "France Télévision sera prêt quoiqu'il arrive le 18 mai".

Toute ressemblance avec des faits réels serait fortuite.

Eldad Koblentz, le boss de la télévision israélienne, affirme son obstination à ne rien céder à la France. Il déclare au site israélien Ynet tenir à « la liberté d’expression et de création ».

La France réagit timidement

Alors que les symboles de la République sont attaqués sur la scène internationale, la France souhaiterait annuler la diffusion de cette série selon StreetPress mais fait preuve d'assez peu de fermeté pour le moment. Contacté par nos confrères, le porte parole de France Télévisions refuse de parler de boycott. L’Union Européenne de Radio-Télévision (qui produit l’Eurovision) s'est jointe à la France pour obtenir la non-diffusion de la série auprès d'Israël.