MENU
Accueil
NFT : "Charlie m’a mordu le doigt", la vidéo virale vendue plus de 760 000 dollars
Écouter le direct
La vidéo "Charlie bit my finger" a été vendue pour 760 999 dollars (soit 624000 euros) en tant que NFT -  - Capture écran de la vidéo "Charlie Bit My Finger"
La vidéo "Charlie bit my finger" a été vendue pour 760 999 dollars (soit 624000 euros) en tant que NFT - - Capture écran de la vidéo "Charlie Bit My Finger"

NFT : "Charlie m’a mordu le doigt", la vidéo virale vendue plus de 760 000 dollars

Cette vidéo a fait plusieurs fois le tour de la planète, il s'agit d'une des vidéos les plus vues sur le net ! Elle a été vendue en tant que NFT (Jeton Non Fongible) pour la somme de 760 999 dollars,soit 624 000 euros.

La famille Davies-Carr ne pouvait pas se douter que ce moment familial avait pour destinée de devenir l'une des vidéos les plus regardées sur le net, cette vidéo est devenue virale avec 900 millions de vues sur YouTube, de plus, ces 55 secondes allaient faire d'eux, une famille plus riche. Pourtant il s'agit d'une vidéo digne d'une séquence d'un best of de fin d'année... On y voit deux frères, Harry et Charlie, Harry est l'ainé et présente son doigt a son frère qui a le réflexe de le mordre de toutes ses forces, le malheureux Harry dit, d'un air apeuré :  

Aïe, Charlie.... Charlie, ça fait vraiment mal.

Cette vidéo a été tournée en 2007 et devient un classique de la culture web. Mise aux enchères à destination du marché des NFT ou "non-fungible tokens", elle a été cédée par la famille contre 760 999 dollars (soit 624 000 euros). Elle sera donc supprimée dans sa version originelle de YouTube, 14 ans après sa mise en ligne. Ainsi, le nouveau propriétaire est libre de faire ce qu’il veut "de cette adorable partie de l’histoire d’Internet" comme le rappelle la famille Davies-Carr.

Les NFT, permettent d’acquérir l’original certifié d’un objet virtuel

Cela peut paraître dingue mais cette vente est rendue possible par le biais de "NFT" (Non Fungible Token ou Jeton Non Fongible). Il s'agit de jetons cryptographiques qui permettent de vendre des œuvres diffusées sur Internet (des œuvres d’art numériques, des images jpeg, des GIFs, des vidéos, des tweets…), à travers des titres de propriété numérique infalsifiables et uniques, et non-interchangeables. Selon BDM, lors de l'achat, un certificat d'authenticité attestant de la création originale du bien est remis à l'acheteur, celui-ci ne peut être dupliqué. 

L'engouement autour de ce nouveau terrain de jeu pour milliardaires est assez dingue, le célèbre mème du Nyan Cat a été vendu pour 590 000 dollars. En mars, le patron de Twitter, Jack Dorsey, a vendu son premier tweet, datant de 2006, pour 2,9 millions de dollars à un homme d’affaires basé en Malaisie. Ou encore le mème de "Disaster girl", qui a fait le tour du Web, a été vendu pour près d’un demi-million de dollars aux enchères.