MENU
Accueil
Charlie Hebdo : Instagram censure les caricatures de Mahomet avant de se raviser
Écouter le direct
La Une de Charlie Hebdo, du 2 septembre 2020   - FRANCE - ATTACKS - TRIAL - MEDIA
La Une de Charlie Hebdo, du 2 septembre 2020 - FRANCE - ATTACKS - TRIAL - MEDIA ©AFP

Charlie Hebdo : Instagram censure les caricatures de Mahomet avant de se raviser

Le procès des attentats de janvier 2015 vient de s'ouvrir, pour marquer cette date historique, Charlie Hebdo a republié en Une, les caricatures de Mahomet. Deux membres de la rédaction ont posté la couverture du journal satirique sur Insta,mais leurs comptes ont été désactivés. Que s'est-il passé ?

Déjà 6 ans depuis les attentats contre Charlie Hebdo et l'Hyper Casher, 17 personnes ont été tuées. Ce qui a crée ce chaos, est un battement d'aile datant de 2006 quand Charlie Hebdo publie les caricatures de Mahomet, tirées du quotidien danois : Jyllands-Posten. Ces dessins provoquent de vives réactions, parfois violentes, dans des pays musulmans contre le journal. Un incendie criminel endommage le siège du journal en novembre 2011, une partie de la rédaction est placée sous escort policière. Le 7 janvier, les frères Kouachi s'introduisent dans les locaux de Charlie et tuent 12 personnes, dont 8 collaborateurs de l'hebdomadaire.

Le 3 septembre 2020 s'est ouvert le procès des attentats, un procès très attendu qui marque une date historique. Pour l'occasion, Charlie Hebdo a décidé de republier en Une, les caricatures de Mahomet, intitulé "Tout ça pour ça". En soutien, deux membres de la rédaction du journal satirique, la journaliste, Laure Daussy et Coco, dessinatrice, décident de publier sur leurs comptes Insta la Une de Charlie. Mais Insta en a décidé autrement et suspend les comptes, dans un premier temps, Laure Daussy pense à un piratage de son compte ou à un signalement en masse...

Puis, le compte de Coco est également suspendu :

Instagram a été contacté et le réseau avance une 'erreur' et dit avoir rétabli les comptes, tout en rejetant tout lien entre la suspension des comptes et la couverture de Charlie Hebdo__, un porte-parole du réseau social, propriété de Facebook a déclaré :

Ces comptes ont été supprimés par erreur. Nous les avons rétablis dès que cela a été porté à notre connaissance et nous sommes désolés de la confusion et de la détresse que cela a pu causer.

Entre temps, les réseaux se sont emparés de l'affaire, une mobilisation s'est alors organisée avec un appel à repartager en masse la Une de Charlie Hebdo. Le dernier numéro du journal, sorti le mercredi 2 septembre a été épuisé dès le premier jour. Il a été réimprimé, pour pouvoir répondre à la demande. Il avait été tiré à 200.000 exemplaires, soit trois fois le volume habituel.