MENU
Accueil
Caricatures de Mahomet : le boycott des produits français au Moyen-Orient
Écouter le direct
Étagères produits laitiers partiellement vides d'un supermarché au Koweit suite au boycott des produits français, le 24/10/2020 (Jaber Abdulkhaleg / Anadolu Agency via AFP)
Étagères produits laitiers partiellement vides d'un supermarché au Koweit suite au boycott des produits français, le 24/10/2020 (Jaber Abdulkhaleg / Anadolu Agency via AFP) ©AFP

Caricatures de Mahomet : le boycott des produits français au Moyen-Orient

Depuis l'hommage rendu à Samuel Paty, la France voit ses produits être boycottés dans certains pays musulmans.

Jeudi 22 octobre, Emmanuel Macron a rendu hommage à l'instituteur Samuel Paty lors d'un discours réalisé à la Sorbonne. Ce discours, dans lequel le Président français a commémoré la mort de l'instituteur, a déchaîné les passions. La gestion de l'attentat à l'encontre du professeur, et notamment la déclaration selon laquelle la France ne renoncerait pas aux caricatures, a visiblement été la goutte qui a fait déborder le vase pour un certain nombre de pays, dans un contexte de loi française contre les séparatismes. 

Ce weekend, c'est le Président turc qui a publiquement critiqué Macron allant même jusqu'à évoquer de potentiels problèmes psychologiques du président français. Dans son allocution, Erdogan a incité le peuple turc à "ne pas consommer français", selon l'AFP.  "Tout comme en France certains disent "n'achetez pas les marques turques", je m'adresse d'ici à ma nation: surtout ne prêtez pas attention aux marques françaises, ne les achetez pas".

Si des responsables politiques de pays comme l'Allemagne ou les Pays-Bas ont affiché leur soutien à Macron, les manifestations et appels au boycott des produits français se sont multipliés dans certains pays musulmans. Samedi 24 octobre au soir, des produits français ont été retirés de supermarchés au Qatar. Un hashtag appelant au boycott de la France a vu le jour en Jordanie. Des pays tels que la Turquie, l'Iran et le Koweït auraient également dénoncé la publication des caricatures.

Au vu de cela, Mohammed Moussaoui, le président du Conseil français du culte musulman (CFCM), a appelé lundi les musulmans français à "défendre l'intérêt" du pays face au boycott, notant que cette campagne créerait de la "division".