MENU
Accueil
Cannabis : la France sur le point d'autoriser les produits au CBD, mais pas la vente de la fleur
Écouter le direct
Des huiles, du spray, de la gomme à mâcher à base de CBD. (Angela Weiss)
Des huiles, du spray, de la gomme à mâcher à base de CBD. (Angela Weiss) ©AFP

Cannabis : la France sur le point d'autoriser les produits au CBD, mais pas la vente de la fleur

Aliments, huiles, cosmétiques et autres e-cigarettes à base de CBD seront bientôt autorisés en France.

D'après une information de Matignon transmise à l'AFP, la France va autoriser la vente de produits à base de cannabidiol, plus connu sous le nom de CBD. En revanche, elle interdira la vente des fleurs brutes et des feuilles séchées. 

La France revoit sa copie après la décision de l'UE

Alors que fin 2020, la France avait annoncé l'interdiction du CBD, la Cour de justice de l'Union européenne (CJUE) en avait décidé autrement. La CJUE avait invalidé cette décision, considérant qu'elle entravait la libre circulation des marchandises puisque cette forme de cannabis doux n'est pas considéré comme un stupéfiant dans d'autres pays de l'Union européenne. 

Cette décision a alors obligé la France a retravaillé sur son projet de réglementation. Il prévoit désormais que "l'autorisation de culture, d'importation, d'exportation et d'utilisation industrielles et commerciales du chanvre" soit "étendue à toutes les parties de la plante", sous réserve que sa teneur en THC, la molécule psychotrope du cannabis, soit inférieure à 0,2%. Plus clairement, les agriculteurs pourront cultiver du CBD pour la fabrication de produits dérivés vendus en boutiques spécialisées : aliments, huiles, cosmétiques, e-cigarettes... En revanche, la vente de fleurs et de produits à base de chanvre brut sera interdite. "Les fleurs brutes de CBD sont souvent fumées et mélangées à du tabac, ce qui est nocif pour la santé" a expliqué une source proche de Matignon à l'AFP.

Une fois le texte rédigé, il sera transmis à la Commission européenne. Les membres de l'UE auront alors six mois pour revenir vers la France en cas de désaccord.