MENU
Accueil
Camille Etienne, une jeune militante écologiste, résiste au MEDEF
Écouter le direct
Camille Etienne, militante écologique a défendu ses idées devant le MEDEF - huffingtonpost
Camille Etienne, militante écologique a défendu ses idées devant le MEDEF - huffingtonpost

Camille Etienne, une jeune militante écologiste, résiste au MEDEF

Le Medef, organise chaque année son université d'été, Camille Etienne, une militante écologiste de 22 ans était invitée à participer à une table ronde sur "les conflits de générations". Seule contre toute, Camille a forcé le respect.

Camille Etienne était l'invitée du Medef pour une table ronde sur les "conflits de générations" et le moins que l'on puisse dire c'est que cette conférence portait très bien son nom. La militante ne s'est pas laissée impressionner et a défendu ses idées sur l'importance de repenser des schémas économiques, de redonner du sens à la croissance, un véritable plaidoyer pour le monde d’après. 

Mais son intervention a suscité des réactions, lorsque Camille Etienne s'est exprimée sur le temps de travail, elle a déclaré devant les patrons, qu'il faudrait peut-être "oser travailler moins avec un peu plus de sens", ce qui a provoqué un ricanement de la modératrice, tel un GPS, elle lui a même rappelé où elle se trouvait :

"Vous êtes ici quand même à la REF (université d’été) du Medef, donc la question de travailler moins à mon avis n’est pas totalement d’actualité."

L'auditoire a alors applaudi cette leçon de condescendance.

Ce qui n'a pas du tout déstabilisé Camille qui poursuit sur les limites de la croissance. Cette militante écologiste est aussi porte-parole du mouvement "On est prêt", il s'agit d'une mobilisation citoyenne d'ambition internationale ayant pour objectif d'imaginer de nouveaux modèles économique, sociales et politiques pour bâtir un monde plus responsable et solidaire.

Au micro du Huffington Post, Camille Etienne avoue avoir l'habitude de se faire bousculer mais cela n'entache en rien sa détermination :

"Si  je suis là, si je fais tout ça avec des talons qui me font mal aux pieds alors que je pourrais être en vacances en plein mois d’août, c’est  parce que c’est un élan de vie et je me dis qu’on n’a pas le choix  quand on regarde ce qui va se passer demain. On n’a pas le choix d’agir."