MENU
Accueil
Camélia Jordana revient sur ses propos polémiques sur la police
Écouter le direct
Camelia Jordana chante "We shall overcome" en hommage à George Floyd, Place de la République à Paris - 9 juin 2020 (Photo : Laure Boyer)
Camelia Jordana chante "We shall overcome" en hommage à George Floyd, Place de la République à Paris - 9 juin 2020 (Photo : Laure Boyer) ©AFP

Camélia Jordana revient sur ses propos polémiques sur la police

Après les nombreuses réactions qu'avaient suscité ses propos prononcés en mai dernier sur le plateau de "On n'est pas couché", la chanteuse les a expliqués plus en détail ce lundi 6 juillet.

"Il y a des milliers de personnes qui se sentent pas en sécurité face à un flic__, et j'en fais partie" avait lancé Camelia Jordana sur l'émission On n'est pas couché le 23 mai dernier. Elle avait ajouté que les hommes et femmes en banlieues se faisait "massacrer pour nulle autre raison que leur couleur de peau." Ces déclarations avaient fait réagir sur les réseaux sociaux et dans les médias. Christophe Castaner, ministre de l'Intérieur à ce moment-là, avait lui-même tweeté, l'accusant d'alimenter "la haine & la violence."

Invitée chez Europe 1 ce 6 juillet, la chanteuse est revenue sur ses propos pour répondre aux questions de Pascale Clark. Elle explique que sa voix est "une arme citoyenne." Une arme citoyenne dont elle veut se servir donc pour lutter notamment contre le racisme et contre les violences qui peuvent avoir lieu au sein de la police.

"Je ne suis pas contre la police, je suis contre la mauvaise police, et il y en a vraiment une"

"Quand il y a une parole qui est dite il y a forcément des choses qui ne plaisent pas, estime Camélia Jordana, si au passage ça permet à certaines personnes de s'éduquer, de se poser la question de leur positionnement face à ça, s'il y a une prise de conscience et que ça ouvre le débat, moi je suis ravi, j'ai gagné." Elle affirme également lors de cette prise de parole ne pas être "contre la police" mais être "contre la mauvaise police."

Quand à la réaction de Christophe Castaner sur les réseaux sociaux, cela l'attriste : "C'est que c'est la réponse qu'on donne aux milliers de personnes dont je parle."

Le nouveau ministre de l'intérieur, Gérald Darmanin, fraîchement nommé ce lundi 6 juillet, n'a pas répondu à ces propos.