MENU
Accueil
Black Lives Matter : la statue d’une manifestante du mouvement déjà retirée à Bristol
Écouter le direct
Statue "A Surge of Power" de Marc Quinn représentant Jen Reid - Bristol, Royaume-Uni - 15 juillet 2020 (Photo : Geoff Caddick)
Statue "A Surge of Power" de Marc Quinn représentant Jen Reid - Bristol, Royaume-Uni - 15 juillet 2020 (Photo : Geoff Caddick) ©AFP

Black Lives Matter : la statue d’une manifestante du mouvement déjà retirée à Bristol

A Bristol, une statue d'une manifestante du mouvement contre les violences racistes avait pris la place de celle d'un vendeur d'esclaves, retirée début juin par les militants.

La statue de la manifestante Black Lives Matter installée à la place de celle d'un marchand d'esclaves à Bristol, au Royaume-Uni, mercredi 15 juillet a été retirée par la ville ce 16 juillet, faute d'autorisation. Elle est restée à peine 24 heures sur cette place de la ville.

Une statue créée à l'issue d'une manifestation début juin

Il y a un mois, lors d'une manifestation Black Lives Matter rendant notamment hommage à George Floyd, les militants ont pris la décision de faire tomber la statue de Edward Colston. Cet homme était un marchand d'esclaves, mais aussi bienfaiteur de la ville, et sa statue érigée dans Bristol faisait polémique depuis un petit moment déjà. Elle a donc été déboulonnée puis jetée dans le port.

Ce même jour, une photo d'une manifestante a été prise, poing levée sur le socle de l'ancienne statue. Elle s'appelle Jen Reid, et c'est elle qui a inspiré l'artiste Marc Quinn pour cette statue la représentant placée à l'endroit où se tenait celle de Edward Colston. Un symbole fort, lourd de sens, mais une initiative sans autorisation officielle. 

La statue retirée, faute d'autorisation

Seulement un jour après son installation donc, Marc Quinn s'est vu retirer son oeuvre, dès l'aube, par la municipalité de Bristol. 

Le maire de Bristol Marvin Rees a expliqué publiquement sa décision :

Nous ne retirons pas une statue d'un manifestant Black Lives Matter, nous retirons le travail d'un artiste londonien qui l'a érigé sans permission, sans conversation avec la ville.

La statue ne va pas être détruite, mais mise dans un musée en attendant que l'artiste vienne la récupérer. S'il souhaite la laisser à la ville, elle fera alors partie de la collection permanente de Bristol, d'après FranceInfo.

Le retrait de cette statue par la mairie de Bristol a suscité de nombreuses réactions. Certains pointent du doigt la réactivité de la municipalité pour retirer cette statue en 24 heures, alors qu'ils ne sont pas parvenus à faire de même pendant de nombreuses années avec celle de l'ancien vendeur d'esclaves. C'est le cas de cet internaute qui écrit : "La statue de Jen Reid n'avait pas besoin d'être permanente mais après avoir tergiversé pendant des années pour savoir s'il fallait retirer (celle de, ndlr) Colston, retirer celle-ci après 24 heures ne semble pas nécessaire."

Celui-ci témoigne : "Cela a pris 120 ans pour enlever une statue d'un propriétaire d'esclave à Bristol. Une statue d'une femme noire a duré moins de 24 heures."

D'autres sont heureux de ce choix, estimant que la statue aurait dû être "jetée dans le port" au lieu d'être "doucement retirée et placée respectueusement dans le camion."