MENU
Accueil
El Chapo : son fils arrêté, puis libéré grâce au cartel de Sinaloa
Écouter le direct
Ovidio Guzman Lopez, le fils d'El Chapo, et le chaos dans Culiacán
Ovidio Guzman Lopez, le fils d'El Chapo, et le chaos dans Culiacán

El Chapo : son fils arrêté, puis libéré grâce au cartel de Sinaloa

Le fils d’El Chapo, Ovidio Guzman Lopez, a été arrêté hier dans la journée par la police mexicaine dans la ville de Culiacán. Cinq heures plus tard, de nombreux hommes du cartel de Sinaloa le libèrent après avoir semé le chaos et paralysé la ville mexicaine.

C’est le genre de scènes qu’on ne voit qu’en temps de guerre, dans les films, dans la série Narcos ou dans des missions des jeux GTA. Hier, les habitants de Culiacán au Mexique (750 000 habitants)ont vu de vraies scènes de guerre se dérouler sous leurs yeux, opposant des dizaines de membres du cartel de Sinaloa armés jusqu’aux dents et ayant sorti l’artillerie lourde, face aux forces de l’ordre mexicaines. Quand on prononce le nom "Sinaloa", on pense instinctivement à celui du narcotrafiquant le plus puissant du monde, Joaquín Archivaldo Guzmán Loera, plus connu sous le nom de "El Chapo". Alors forcément, quand l’un de ses fils, Ovidio Guzman Lopez, est arrêté au cours de la journée, tout peut arriver. C’est ce qu’il s’est passé hier avec des scènes de chaos sans précédent, en pleine journée dans la ville de Culiacán, plus grande ville de l'État de Sinaloa sur la côté ouest du Mexique. 

Jeudi après-midi à Culiacán, une patrouille d'une trentaine d'hommes de la PFP (Police Fédérale Préventive) interpelle un homme présenté comme étant Ovidio Guzman Lopez, l'un des 11 enfants d'El Chapo. Ovidio a été arrêté après qu'il a mené une attaque avec ses hommes contre une patrouille de la garde nationale de la ville. Sacrée prise pour la police qui vient donc d'arrêter l'un des héritiers du baron de la drogue qui a récemment été condamné à la prison à perpétuité aux États-Unis. Mais cette prise-là n'est pas sans risque, la preuve, Guzman ne restera pas longtemps menotté et sous la surveillance de la police mexicaine. Quelques heures après son interpellation et après l'annonce de son arrestation, des dizaines d'hommes de main du fils d'El Chapo font irruption dans la ville où leur acolyte mafieux a été arrêté. Une irruption remarquée : camions en feu, tirs de mitraillettes, hommes masqués... c'est un assaut ! 

Cartel de Sinaloa
Cartel de Sinaloa

Pendant quelques heures, c'est la guerre à Culiacán. Les habitants se cloîtrent chez eux au plus vite, certains doivent laisser leurs voitures sur place, d'autres se réfugient dans des centre commerciaux... tous assistent impuissants à cette opposition armée entre le cartel de Sinaloa et les forces armées du gouvernement mexicain. La police contre la mafia. Des dizaines de véhicules calcinées indiquent la violence des combats, certaines zones sont complètement bouclées et les nombreux échanges de tirs survenus dans le centre ville de Culiacán n'en finissent plus de résonner. 

Culiacán, théâtre d'une violence sans précédent
Culiacán, théâtre d'une violence sans précédent

Munis d'armes lourdes, les membres du cartels parviennent à encercler la police et obtiennent gain de cause. Ovidio Guzman Loez est obligé d'être relâché par la police. Le groupe du plus grand dealer du monde a gagné. Dans le même temps, Alfonso Durazo, le secrétaire d’Etat à la sécurité et la protection des citoyens au Mexique, prétend dans un communiqué que : "La décision a été prise de quitter les lieux sans Guzman, pour éviter plus de violence dans la zone et s’assurer que le calme revienne dans la ville.__" Autrement dit, la sécurité des 750 000 habitants de la ville valent plus que la prise d'un homme, aussi recherché soit-il. Mais sous ce communiqué officiel se cache une autre vérité : la police a perdu la bataille du jeudi 17 octobre 2019 face au cartel de Sinaloa qui a été d'une réactivité sans nom. Nul ne sait combien de morts ou de blessés sont à déplorer pour le moment mais une chose est sûre : la dynastie El Chapo peut continuer à prospérer dans la région de Sinaloa qui a donné le nom à son cartel. Un cartel de drogues surpuissant, entraîné et préparé qui n'a pas perdu un centimètre de terrain depuis l'emprisonnement du grand chef de 62 ans, et qui continue d'augmenter le taux de criminalité au Mexique qui n'a jamais été aussi élevé avec plus de 33 700 morts durant l'été 2019.