MENU
Accueil
Le coup de gueule d'Alissia, aide-soignante, qui ne touchera pas la "prime Covid-19"
Écouter le direct
Alissia Lohéac sur RMC (photo : Screen RMC)
Alissia Lohéac sur RMC (photo : Screen RMC)

Le coup de gueule d'Alissia, aide-soignante, qui ne touchera pas la "prime Covid-19"

Alissia est aide soignante, elle a été appelée en renfort dans la lutte contre l'épidémie, elle pousse un cri de détresse, après avoir passé des nuits avec les malades, à les réconforter elle vient d'apprendre qu'elle ne touchera pas la "Prime Covid-19".

Alissia, aide-soignante de 31 ans à Montpellier, et volontaire Covid à l'hôpital Tenon à Paris s'est confiée au micro de Jean-Jacques Bourdin sur RMC . 

Alissia, comme beaucoup d'autres, a été mobilisée en renfort pour lutter contre le coronavirus, elle pousse un coup de gueule légitime. Après avoir traversé cette crise auprès des patients (pendant que l'on restait chez nous...), elle vient d'apprendre qu'elle ne remplissait pas les critères pour toucher la prime de 1500€, annoncée par le gouvernement :

J'ai passé des nuits dans le secteur Covid, à prier auprès de certains patients, à les masser, à être là auprès d'eux, car je me mettais à la place d'eux et de voir que l'on a aucune reconnaissance pour ce travail !

Alissia a la gorge serré, elle ne touchera pas la prime de 1500€, aucune justification claire n'a été apportée par sa direction :

"Ça me met en colère, ce n'est pas pour l'argent que je fais ce travail. Je touche 1370 euros. Mes collègues l'ont touché, ceux en réanimation. On nous avait dit qu'il y avait plusieurs critères pour pouvoir toucher cette prime. Dès la première petite étoile, tout de suite on est pas dans les critères, tout de suite on sait que l'on ne l'aura pas..."

L'aide-soignante dresse un terrible constat : "Depuis le déconfinement on est complètement oublié, on a aucune aide, et c'est vrai qu'aujourd'hui je suis fatiguée par rapport à ça. J'ai fait une demande de rupture conventionnelle à mon directeur, j'en ai marre car ça fait 11 ans, 11 ans que je fais des manifestations.

Alissia est fatiguée mais elle ne lâchera rien :

Ça fait mal, j'ai envie que les gens comprennent qu'on a besoin d'eux le 16 juin s'ils peuvent nous aider à manifester pour que l'on soit enfin reconnu pour ce que l'on fait aujourd'hui !

La jeune femme de 31 ans a aussi publié des vidéos pour mobiliser le maximum de personnes :

Des pétitions en ligne circulent pour demander le versement de la prime à tous les soignants, comme celle postée sur Mesopinions.com. 

Alissia se veut la voix d'une profession qui réclame une reconnaissance et un salaire à la hauteur du mérite, en adéquation avec le rôle joué pendant cette crise. L'épidémie a agi comme un sérum de vérité, le virus a fait émerger les inégalités et de nombreuses questions sur notre vie en société, dont celle-ci : pourquoi les métiers les plus utiles à la vie en communauté sont-ils les moins valorisés et les plus mal payés ?