MENU
Accueil
Affaire Margaux Pinot : indignation après la relaxe d’Alain Schmitt, accusé de violences conjugales
Écouter le direct
La judoka Margaux Pinot a posté sur son compte Twitter un portrait avec ses blessures (Twitter)
La judoka Margaux Pinot a posté sur son compte Twitter un portrait avec ses blessures (Twitter)

Affaire Margaux Pinot : indignation après la relaxe d’Alain Schmitt, accusé de violences conjugales

Accusé de violences conjugales sur sa compagne la championne olympique Margaux Pinot, l’entraîneur de judo Alain Schmitt a été relaxé mardi 30 novembre 2021 pour "manque de preuves". Le monde du judo s'indigne.

Accusé de violences conjugales sur sa compagne, la championne olympique Margaux Pinot, l’entraîneur de judo Alain Schmitt a été relaxé mardi 30 novembre 2021 pour "manque de preuves".

Margaux Pinot avait dévoilé sur son compte Twitter son visage tuméfié par les coups et son récit dans lequel elle décrit et témoigne des violences physiques, verbales et psychologiques subies ainsi qu'une pensée aux personnes qui comme elles sont victimes de violences conjugales :

Estimant "n’avoir pas assez de preuves de culpabilité" de violences de l’ex-membre de l’équipe de France de judo sur sa compagne, Margaux Pinot, ce week-end en Seine-Saint-Denis, le tribunal correctionnel de Bobigny a relaxé Alain Schmitt lors d’une audience en comparution immédiate mardi 30 décémbre 2021.

Le monde du judo indigné et soutien de Margaux Pinot

Une vague de soutiens à la championne olympique Margaux Pinot s'est ainsi levée que ce soit auprès des fédérations ou auprès des judokas notamment les athlètes Clarisse Agbégnénou, son coéquipier Teddy Riner et Amandine Buchard.

Stéphane Nomis, président de la Fédération française de Judo et entrepreneur (Ippon Technologies) a déclaré ce mercredi 1er décembre 2021 à l’Agence France Presse avoir été "abasourdi" par la relaxe de l’entraîneur de judo Alain Schmitt des faits de violences conjugales sur la championne olympique Margaux Pinot:

On n’a pas compris et on a été abasourdi, on a pris un K.-O. par la décision

Les judokas Clarisse Agbégnénou, Teddy Riner et Amandine Buchard se sont également exprimés sur leurs réseaux sociaux pour lui démontrer tout leur soutien mais aussi alerter sur la situation des victimes de violences conjugales :