MENU
Accueil
Affaire George Floyd : les jurés face à la vidéo de sa mort diffusée pendant le procès
Écouter le direct
Montage photo - Extrait de la vidéo du meurtre de George Floyd (capture YouTube)
Montage photo - Extrait de la vidéo du meurtre de George Floyd (capture YouTube)

Affaire George Floyd : les jurés face à la vidéo de sa mort diffusée pendant le procès

Les jurés du procès pour le meurtre de George Floyd ont été confrontés à la vidéo insoutenable de son décès sous la responsabilité d'un officier de police.

C'était le 25 mai 2020, une date qui a marqué les esprits et marqué l'histoire dans la lutte contre les injustices raciales aux Etats-Unis, mais aussi dans le monde. 

Ce jour là, une scène surréaliste et choquante se déroule sous les yeux du monde entier : grâce à internet, les internautes du monde entier assistent en direct à la mort d'un homme noir immobilisé car menotté. Il s'appelait George Floyd, et il est mort injustement sous le poids du genou d'un policier blanc appuyé sur son cou. "Je n'arrive pas à respirer" seront les derniers mots de George avant de mourir impuissant devant des millions de spectateurs choqués. Des mots qui ont résonné à travers toute l'Amérique et le monde entier, donnant naissances à des manifestations inédites. Une injustice révélatrice d'un système américain raciste et discriminatoire dont les premières victimes sont les afro-américains. 

Un procès historique

Le procès du meurtre de George Floyd, se tenait ce lundi 29 mars, l'occasion pour les jurés (soigneusement sélectionnés durant 3 semaines) de replonger dans l'insoutenable moment d'agonie de la victime. La vidéo ayant été diffusée à nouveau durant l'audience. S'en est suivi ensuite les débats sur la responsabilité du policier incriminé Derek Chauvin. Selon le procureur Jerry Blackwell, le policier a "trahi" son serment et fait "un usage excessif et déraisonnable de la force" contre George Floyd. Une accusation que l'avocat de Derek tente de réfuter en affirmant que le policer n'a seulement fait ce qu'il "appris à faire au cours de ses 19 ans de carrière pour appréhender un suspect récalcitrant". 

Des circonstances accablantes

Une défense proposée par Eric Nelson, l'avocat de Derek Chauvin le policier sur le banc des accusés, pourtant difficile à croire compte tenu des circonstances troublantes de la mort de Georges Floyd, 46 ans au moment des faits. En effet, comme a tenu à le rappeler le procureur Jerry Blackwell, certains éléments ne collent pas avec la défense du policier. 

Pour rappel, Derek Chauvin et trois collègues ont appréhendé la victime, soupçonné d'avoir écoulé un faux billet de 20 dollars pour acheter des cigarettes. Ce dernier refusant de monter dans leur véhicule, se retrouve plaqué au sol et menotté. C'est à ce moment là que Derek Chauvin a alors placé son genou droit sur le cou de George Floyd pendant 9 minutes et 29 secondes. Un temps suffisamment long pour être incriminant comme le souligne le procureur. 

Un tournant dans l'histoire

Comme le précise BFMTV, ce procès a une valeur symbolique : en effet les poursuites contre des policiers sont très rares aux Etats-Unis, et les condamnations encore plus. Résultat d'un système institutionnel biaisé car fondé sur une histoire nourrie par le racisme devenu aujourd'hui systémique. Le verdict des jurés est attendu pour fin avril ou début mai selon les délibérations. Inculpé de meurtre et d'homicide involontaire, Derek Chauvin encourt jusqu'à 40 ans de réclusion. Ses trois ex-collègues, Alexander Kueng, Thomas Lane et Tou Thao, seront jugés en août pour "complicité de meurtre".