MENU
Accueil
À court d'employés, Amazon recrute des fumeurs de cannabis
Écouter le direct
Amazon - un livreur remet des colis (Patrick T.FALLON)
Amazon - un livreur remet des colis (Patrick T.FALLON) ©AFP

À court d'employés, Amazon recrute des fumeurs de cannabis

Le géant des GAFA a décidé d'encourager le recrutement de fumeurs de joints pour combler son manque d’effectifs.

Si le débat est encore à ses balbutiements en France, plusieurs états américains ont déjà légalisé le cannabis. Cependant, même dans ces états, beaucoup d’employeurs font réaliser des tests réguliers à leurs employés pour vérifier qu’ils n’ont consommé aucune substance. Mais à la surprise de tous, Amazon a décidé d’autoriser les fumeurs de cannabis à travailler parmi eux.

La raison ? Amazon grandit chaque jour et manque à présent d’effectifs, rapporte Le Point. Pour faire face à ce manque d’employés, le géant américain avait déjà décidé en juin de flexibiliser ses critères de recrutement, en supprimant les tests de substances. Mais l’entreprise va aujourd’hui encore plus loin en précisant sur ses annonces que tous les candidats sont bienvenus, consommateurs de chanvre ou non. 

Une solution magique ? 

Selon Amazon, cela aurait permis aux offres de candidatures de bondir de près de 400%. Une décision efficace donc, mais pas au goût de tous. Plusieurs partenaires d’Amazon ont annoncé ne pas tolérer cette décision, qui pourrait, selon eux, leur causer problème. Et, de fait, la décision de l’entreprise peut questionner : Amazon compte en effet sur ces nouveaux critères pour recruter des chauffeurs, ce qui pourrait présenter des risques évidents pour la conduite.

Par ailleurs, tous les états américains n’ayant pas légalisé le cannabis, cette décision ne pourra pas être appliquée pour toutes les livraisons Amazon. Cependant, l’entreprise milite actuellement auprès du gouvernement fédéral pour légaliser le cannabis dans tout le pays. 

Affaire à suivre, puisqu’on connaît le poids des GAFA dans les décisions politiques du gouvernement américain. Ces nouveautés marquent peut-être le début d’une normalisation du cannabis, aux Etats-Unis comme en France…