MENU
Accueil
Cannabis : 75% du shit vendu à Madrid contient... des matières fécales !
Écouter le direct
Une boule de cannabis.
Une boule de cannabis. ©Getty

Cannabis : 75% du shit vendu à Madrid contient... des matières fécales !

C'est l'étonnant résultat d'une analyse réalisée par un pharmacologue sur 90 échantillons de résines de cannabis vendus dans la capitale espagnole. Cause invoquée : le mode de transport entre le Maroc et l'Espagne.

L'information révélée par le quotidien espagnol El Pais a dû répugner bon nombre de consommateurs. Pendant un an, Manuel Pérez Moreno, chercheur de 54 ans à l'Université de Complutense, a acheté du cannabis à Madrid et ses alentours avec ses propres fonds. L'objectif était de pouvoir les examiner de plus près en laboratoire. Résultat : les trois-quarts des échantillons analysés contenaient la bactérie e.coli, une bactérie dangereuse pour l'Homme. Pour le magazine scientifique «Forensic Science International» il explique que « la majorité du haschich vendu dans la région de Madrid n'était pas apte à la consommation humaine, notamment d'un point de vue microbiologique, et représente un danger pour la santé ».

Les transporteurs les avalent et les expulsent via des laxatifs

Le mode de transport des passeurs est remis en cause : au cours des années, ils ont développé des stratégies afin de duper les douaniers. Et les "mules" ne manquent pas d'idées. Ils avalent ainsi la drogue plastifiée le temps de passer les contrôles puis ils prennent des laxatifs pour les éjecter. Ensuite, le produit est mis en vente.

40% des plastiques utilisés pour emballer le cannabis contenait des matières fécales selon les résultats, un problème d'hygiène mais également de santé publique. A titre d'exemple, les patients qui utiliseraient la drogue pour atténuer des douleurs dues aux maladies s’exposeraient finalement encore plus, à cause de leur système immunitaire déjà fragilisé. L'équipe de Manuel Pérez Moreno n'était pas au bout de leurs surprises. En effet, ils ont également découvert la présence de "Aspergillus fungus" dans 10% des échantillons analysées. Il s'agit d'un champignon potentiellement mortel qui peut amener des allergies et des infections. Par conséquent, cela représente un problème de santé publique majeur pour les consommateurs.