MENU
Accueil
71% des Français se disent prêts à être confinés pendant les fêtes de Noël
Écouter le direct
Un Noël différent .... - Richard Baker / Contributeur
Un Noël différent .... - Richard Baker / Contributeur ©Getty

71% des Français se disent prêts à être confinés pendant les fêtes de Noël

Ce chiffre est l'un des principaux enseignements d'un sondage réalisé par l'Ifop pour NoCom et publié par Le Parisien. Une enquête qui nous révèle les préoccupations des Français en cette période sombre.

Le reconfinement vient de débuter pour une durée de 4 semaines et LA question que beaucoup de Français se posent concerne une des fêtes les plus attendues de l'année : Noël. La fête familiale par excellence mais l'année 2020 a complètement changé nos perspectives de vie et visiblement ce n'est pas fini... Pour y voir plus clair, un sondage réalisé en ligne les 29 et 30 octobre 2020 auprès de 1028 personnes représentatives de la population française âgée de 18 ans et plus (selon la méthode des quotas) révèle que la population s'est résignée à passer les fêtes en mode confinée.

"Plus de 7 Français sur 10 (71%) se disent prêts à accepter d'être encore confinés après le 1er décembre et 'pendant les fêtes'. La proportion est plus faible chez les moins de 35 ans, qui sont  39% à s'opposer à ce reconfinement prolongé."

De nombreux spécialistes jugent la durée du reconfinement trop faible pour juguler l'épidémie. Et ce chiffre peut s'expliquer par la peur de la contamination. En effet, 56% des Français ont peur d'être contaminés par le coronavirus dans les semaines qui viennent.

Pierre Giacometti, cofondateur du cabinet No Com, donne des précisons dans Le Parisien :

"Mais il existe des poches de résistance. Chez les moins de 25 ans, cette éventualité passe plus difficilement : 39 % ne veulent pas en entendre parler__. En région parisienne, ce taux atteint 35 % ; chez les commerçants, il est de 36 % et de 37 % parmi les catégories populaires."

Selon ce baromètre, 48 % des sondés estiment que la crise économique est la plus grande menace actuelle pour la France, contre 42 % en mai dernier.