MENU
Accueil
25 voyageurs algériens sont bloqués depuis un mois à Roissy
Écouter le direct
Les 25 passagers n’ont jamais pu monter dans l’avion qui devait les ramener à Alger.
Les 25 passagers n’ont jamais pu monter dans l’avion qui devait les ramener à Alger. ©Getty

25 voyageurs algériens sont bloqués depuis un mois à Roissy

Ils ne devaient passer par Paris que pour rejoindre Alger en provenance de Londres. Mais ces 25 ressortissants algériens n'ont jamais pu monter dans l'avion, à cause des restrictions sanitaires. Depuis un mois, ils vivent comme ils peuvent dans une salle de transit.

Cela devait être une simple escale avant de rentrer chez eux... Mais 25 ressortissants algériens se sont retrouvés coincés à l'aéroport Roissy-Charles-de-Gaulle de Paris. En provenance de Londres, ils n'ont jamais pu avoir accès à leur vol Air Algérie, car l'Algérie a fermé ses frontières. 

Trois semaines sans douche

Ils ont tous un test PCR négatif au Covid-19. Zahra est même vaccinée, comme la moitié des passagers coincés. Avec son mari et sa fille de trois ans et demi, leurs journées sont rythmées par les annonces sonores et ils dorment sur les moquettes. "On ne peut pas vraiment dormir la nuit, à cause de la climatisation", explique Zahra. 

Récemment, nous avons eu accès à des douches. Mais avant ça, nous avons passé 21 jours sans pouvoir nous laver.

Ils ne perdent pas espoir de pouvoir rentrer. Abderrahmane, 35 ans, est catégorique : "Ma mère doit subir une opération, il est impératif que je sois avec elle. Rien ne me fera changer d'avis, même si je dois partir à la nage."

De nouveaux recours judiciaires prévus

L'aéroport leur fournit des tickets-restaurants pour qu'ils puissent manger. Mais les associations peinent à leur faire passer nourriture et vêtements. Leurs avocats ont déposé un recours contre Air Algérie, sans succès : la compagnie assure avoir prévenu les passager. "C'est faux !", répond Me Alexandre André. Pour l'avocat, aucun des motifs avancés par la compagnie n'est valable. Il promet de nouvelles actions en justice pour les sortir de là.