MENU
Accueil
L'addiction aux jeux vidéo officiellement reconnue comme une maladie par l'OMS
Écouter le direct
Partie de PS3 enflammée (Future Publishing)
Partie de PS3 enflammée (Future Publishing) ©Getty

L'addiction aux jeux vidéo officiellement reconnue comme une maladie par l'OMS

Désormais, l'addiction aux jeux vidéo est considérée comme une maladie, en tant que trouble de la santé mentale.

Connu pour son caractère immersif pouvant devenir addictif, les jeux vidéo ont longtemps été un sujet de débat pour les médecins. Cette fois-ci, l'Organisation mondiale de la santé (OMS) s'est officiellement prononcée, le 25 mai dernier. Elle considère que l'addiction aux jeux vidéo est une pathologie. Cette nouvelle révision de la Classification statistique internationale des maladies et des problèmes de santé connexes (CIM-11) inclut également le burn-out.

Une décision justifiée pour l'OMS

Selon l'OMS, le trouble du jeux vidéo est très spécifique et s'adresse à un faible nombre de personnes qui doivent répondre à certains critères. D'après le rapport de l'instance internationale, la maladie "se caractérise par une perte de contrôle sur le jeu, une priorité accrue accordée au jeu, au point que celui-ci prenne le pas sur d’autres centres d’intérêt et activités quotidiennes, et par la poursuite ou la pratique croissante du jeu en dépit de répercussions dommageables".

Mais surtout : "le comportement doit être d’une sévérité suffisante pour entraîner une altération non négligeable des activités personnelles, familiales, sociales, éducatives, professionnelles ou d’autres domaines importants du fonctionnement, et en principe, se manifester clairement sur une période d’au moins 12 mois."

En d'autres termes, il faut être complètement obnubilé par les jeux vidéo, à tel point qu'on en oublie nos besoins les plus vitaux. 

Un constat non-partagé par le secteur des jeux vidéo

En revanche,  du côté des professionnels du jeux vidéo, cette décision n'est pas du tout comprise ni entendue, via l’Entertainment Software Association (ESA), qui représente les principaux acteurs du domaine. Ces derniers se sont fendus d'un communiqué explicite, rapporté par Sud Ouest :

"L’industrie mondiale du jeu vidéo – composée de représentants de toute l’Europe, des États-Unis, du Canada, de l’Australie, de la Nouvelle-Zélande, de la Corée du Sud, de l’Afrique du Sud et du Brésil – a invité aujourd’hui les États membres de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) à réexaminer rapidement leur décision d’inclure le « trouble du jeu » dans la 11e édition de la Classification internationale des maladies (CIM-11)".

Une décision qui pourrait fragiliser l'industrie du jeux vidéo, d'où cette prise de position musclée. Ce qui indique que les deux camps ne sont pas prêts de se mettre d'accord.

En attendant, cette nouvelle règle de l'OMS entrera en vigueur à partir du 1er janvier 2022.