MENU
Accueil
Extincteur, Fortnite... Rami aka l'ambianceur des bleus se confesse
Écouter le direct
Rami aka l'ambianceur des bleus se confesse
Rami aka l'ambianceur des bleus se confesse ©Radio France

Extincteur, Fortnite... Rami aka l'ambianceur des bleus se confesse

Ça peut vraiment tout se permettre un champion du monde !

Mais c’est quoi cette histoire d’extincteur ? Déjà après le 8e de finale gagné contre l’Argentine (4-3), des articles fleurissaient sur une hypothétique soirée des bleus en boîte de nuit, qui se serait terminée par une bataille d’extincteur une fois de retour au camp de base à Istra.

Depuis hier on en sait (beaucoup) plus. En effet, Adil Rami aka l’ambianceur des bleus, s'est exprimé sur le plateau de la dernière du Mag de la Coupe du monde sur TF1 , et ce quelques heures après l'atterrissage de l'équipe sur le sol français. Venu au départ défier Teddy Rinner sur les tatamis ainsi qu’il l’avait promis en cas de victoire finale, le fraichement retraité international en a profité pour se laisser aller à plusieurs confidences.

Le défenseur de l’OM raconte, avec un sourire parfois gêné. «On était dans un restaurant parce qu'une boîte de nuit, en période de Coupe du monde, c'est quasi impossible [Mouais Mouais], et pour ceux qui le savent, on a la sécurité avec nous et c'est quand même très dangereux »,  insiste-t-il. Et de poursuivre, « quand on est rentré, on s’est mis à chanter dans les couloirs. Fidèle à moi-même, je me suis mis nu avec mon casque, et j'ai joué à Fortnite dans ma chambre. Dans les couloirs, ça chantait, et les mecs tapaient chambre par chambre pour réveiller» , détaille Adil Rami.

Puis la tempête arrive. « Moi j'avais pris un extincteur dans ma chambre. Là je sors pour savoir ce qu'il se passe, et y a Ben Mendy qui bloque la porte avec son pied. Il a alors crié ''venez, on va mettre le dawa dans la chambre d'Adil Rami''. Je suis parti en courant, j'ai dégoupillé l'extincteur et quand ils sont rentrés » ... Voilà que tout était enfumé. Le champion du monde confie avoir eu peur, « je me suis dit je vais me faire virer.»

Et s’il a eu les chocottes en voyant le nuage de fumée provoquée par l’extincteur, Adil Rami a également eu la frousse de sa vie quand l’hôtel a dû être évacué. « Comme des mouches, tout le monde se réveille. En plus il y avait l'alarme, et une femme qui parlait en russe pour nous disait de partir. Tout le monde est sorti de l'hôtel, Didier Deschamps aussi, il était en pyjama. Quand je l'ai vu arriver vers nous, je me suis ''ah merde''. Et quand j'ai vu la sécurité venir, la police, les pompiers, je me suis dit :''Je suis mort''»,  se souvient-il encore.

Par chance Rami et sa moustache porte-bonheur sont restés dans le groupe. On espère en tout cas que cette anecdote (finalement heureuse) n'est qu'un avant goût du documentaire que TF1 va diffuser ce soir. Dans ce qui pourrait être « Les Yeux dans les bleus »  d'une nouvelle génération.