MENU
Accueil
Coupe du monde féminine de football : le boycott d'Ada Hegerberg pour protester contre les inégalités hommes-femmes
Écouter le direct
Ada Hegerberg embrasse le trophée de la Champion's League après la victoire de l'Olympique lyonnais contre le FC Barcelone, le 18 mai 2019.
Ada Hegerberg embrasse le trophée de la Champion's League après la victoire de l'Olympique lyonnais contre le FC Barcelone, le 18 mai 2019. ©Getty

Coupe du monde féminine de football : le boycott d'Ada Hegerberg pour protester contre les inégalités hommes-femmes

Ballon d'Or féminin en 2018, la joueuse norvégienne fait partie des têtes d'affiche du football féminin. Elle a pourtant choisi de ne pas participer à la Coupe du monde pour dénoncer les inégalités salariales.

Son palmarès a de quoi faire rêver les plus grands : quatre victoires en Champions League, cinq en Championnat de France et le premier Ballon d'Or féminin en 2018. Mais c'est pour son engagement politique que l'on parle aujourd'hui de la footballeuse norvégienne Ada Hegerberg.  La joueuse de 23 ans a pris la décision de ne pas participer à la Coupe du monde féminine de football et entend dénoncer les écarts de rémunération entre les ligues féminines et masculines.

L'attaquante de l'OL, à qui Martin Solveig a demandé de twerker lors de la cérémonie du Ballon d'Or 2018, a déjà montré par le passé sa volonté de lutter contre ces inégalités. En 2017, alors qu'elle officiait dans la sélection norvégienne depuis six ans, la joueuse a été jusqu'à mettre un terme à sa carrière internationale. Et son sacrifice n'a pas été vain, puisque la fédération est ensuite devenue la première au monde à aligner les salaires des footballeuses sur ceux de leurs homologues masculins. Ada Hegerberg ne s'en est pas contentée et dans la foulée, a déclaré lors d'une interview à Associated Press : "un grand nombre de choses reste à faire pour améliorer les conditions des femmes qui jouent au football". Cela fait maintenant deux ans qu'elle n'a plus joué pour l'équipe de Norvège.

"Je pense que la décision d'Ada doit être respectée", a expliqué l'ex-footballeuse allemande Nadine Kessler, responsable du football féminin auprès de l'UEFA. "C'est une décision courageuse que de manquer une Coupe du monde en toute conscience." La joueuse sera toutefois présente sur TF1 et TMC pour commenter les matchs du Mondial, qui auront lieu en France, du 7 juin au 7 juillet 2019. De son côté, la sélection norvégienne s'est réjouie du regain d'attention porté aux problématiques d'égalité hommes-femmes grâce à cette décision. "Je regrette simplement qu'elle ne soit pas dans notre équipe", a ajouté sa directrice sportive.