MENU
Accueil
"Petrouchka", une première place inédite pour Soso Maness.
Écouter le direct

"Petrouchka", une première place inédite pour Soso Maness.

Première place du 15 juin 20213 minutes
Grâce à "Petrouchka", troisième single de son dernier album "Avec le temps", Soso Maness assure son premier morceau numéro un des ventes avec un morceau à la formule calibrée et assumée.

Son refrain qui grimpe en vitesse et sa mélodie venue de l'Est sont devenus inévitables. "Petrouchka", single du dernier album de Soso Maness Avec le temps, sorti le 4 juin dernier, est depuis le titre le plus streamé en France. Un succès qui permet à Soso Maness de décrocher un doublé inédit pour lui : album numéro un et single numéro un cette semaine, d'après le classement hebdomadaire du SNEP. Le Marseillais réussit même le petit exploit de chasser son collègue Naps qui était bien accroché à la première place depuis un mois avec "La Kiffance".

Alors que "La Kiffance" est le tube du printemps 2021, il va peut-être se bagarrer avec "Petrouchka" pour le titre du tube de l’été. Car il y a clairement moyen que les prochains mois soient rythmés par ces deux singles made in Marseille. Surtout que Soso Maness, PLK et le producteur Junior Alaprod ont coché toutes les cases du single à succès pour leur collaboration. Une rythmique chaloupée et "zumbesque" façon "Bande organisée" avec un refrain en mode supporters de foot à la troisième mi-temps. On retrouvait déjà cet esprit Vélodrome dans le tube de Soso de l’an dernier, "So Maness".

On entend beaucoup ces refrains façon stade de foot ces derniers temps dans des singles de rap français, sur "Attrape-moi si tu peux" de Sofiane ou encore sur "La Seleçao" d’Alonzo, Jul et Naps. Les Marseillais sont devenus les maitres de cette formule. Mais sur "Petrouchka", il y a la cerise sur le gâteau. Soso Maness a eu une idée pour ce featuring avec PLK, d’origines polonaises : reprendre ce qui est sûrement la mélodie d’Europe de l’Est la plus reconnaissable en France.

"Kalinka" est une chanson traditionnelle russe composée et écrite par Ivan Petrovitch Larionov en 1860. Elle est donc depuis dans le domaine public, ce qui veut dire qu'on peut l’utiliser librement, sans payer de droits d'auteur. En plus de la mélodie entêtante du refrain, traitée façon électro-zumba par Junior Alaprod, lui est les deux rappeurs ont gardé la cadence qui accélère avant le refrain. Une progression qui rappelle le fameux clapping des joueurs de football islandais avec leur public - ambiance de stade, toujours. Et pour aller bien à fond dans les clichés russes, Soso Maness et PLK font des références à Vladimir Poutine, à la vodka - à consommer avec beaucoup de modération, on le rappelle - et à une certaine Petrouchka. Sauf que Petrouchka, normalement c'est un mec : c’est le diminutif de Pyotr, Pierre en français. Un détail sans réelle importance :  ça souligne surtout que Soso et PLK ont voulu créer un un hymne à la fête bête et méchant, efficace. Mission accomplie vu le succès du titre, qui permet peut-être au public de découvrir le troisième album de Soso Maness et ses autres morceaux mieux écrits et moins festifs, comme "Fils de voyou", "DLB 13" ou "Avec le temps". De quoi décuver un peu après avoir fait trop la fête avec Petrouchka - que ça soit un homme ou une femme.