MENU
Accueil
Comment expliquer le succès de Rod Wave, nouveau numéro 1 aux États-Unis ?
Écouter le direct

Comment expliquer le succès de Rod Wave, nouveau numéro 1 aux États-Unis ?

Première place du 06 avril 20213 minutes
Avec sa musique qui suinte la douleur et la recherche de rédemption, le rappeur et chanteur Rod Wave a décroché aux États-Unis son premier numéro 1 des ventes d'albums avec Soulfly.

C'est son troisième album en autant d'années, et Rod Wave est déjà, à 21 ans, une nouvelle tête d'affiche du rap américain. Son Soulfly, sorti le 26 mars dernier, est numéro un des ventes tous genres confondus, selon le dernier classement hebdomadaire du Billboard Magazine, parution qui s'intéresse à l'industrie du disque américaine. 

Rod Wave vient de St. Petersburg, en Floride. Depuis ses premières mixtapes en 2017, sa musique grimpe peu à peu en popularité. Son deuxième album sorti l’an dernier, Pray 4 Love, avait déjà été deuxième des ventes sa semaine de sortie en avril 2020. Il fait donc mieux avec son nouveau disque, et rejoint le club des derniers albums de rap numéro 1 en première semaine aux US ces derniers mois : ceux de Playboi Carti (Whole Lotta Red) et de Pop Smoke (Shoot For The Stars Aim For The Moon). Sa musique est bien différente de celle de ses prédécesseurs en haut des charts. Rod Wave s’inscrit dans la lignée d’artistes comme Kevin Gates, Youngboy Never Broke Again ou Roddy Ricch. Des rappeurs qui chantonnent ou des chanteurs qui rappent, des mélodistes qui sont accompagnées par une musique souvent constituée de guitares presque blues et d'arrangements country, mais sur des rythmiques trap.

Contrairement aux autres artistes suscités, Rod Wave a une voix plus naturelle, avec moins d’effet artificiel type Auto-Tune. Il avait d'ailleurs appelé son premier album Ghetto Gospel, ce qui donne une idée plutôt claire de ses intentions musicales. Cette absence d'arrangements et de filtres sur sa voix offre peut-être à sa musique un côté plus sincère, comme dans "Through The Wire", une chanson inspirée du morceau du même nom de Kanye West, dans laquelle il parle de son rétablissement après un très grave accident de voiture. C'est aussi ce qui le démarque des autres artistes dans le même genre. Il chante ses peines de coeur, les traumatismes de sa jeunesse, sa solitude, sa foi en Dieu pour sortir de ses épreuves personnelles. Une musique entrainante mais peu joyeuse, avec laquelle il ne cherche pas à signer de singles calibrés.

Vu le contexte de ces derniers mois, et même de ces dernières années aux États-Unis, entre les affaires de bavures policières, le contexte de tensions politiques et communautaires, et l’épidémie de Covid-19, cette musique de la résilience et de la rédemption doit avoir un écho chez une partie du public. D’ailleurs, quelqu’un comme Meek Mill avait parlé il y a deux ans de la musique de Rod Wave comme une forme de thérapie. Rod Wave, c’est un peu l’artiste qu’on écoute pour pleurer un bon coup avant de relever la tête. Et ça lui sourit plutôt bien.