MENU
Accueil
"Certified Lover Boy" : une victoire écrasante mais sans péril pour Drake
Écouter le direct

"Certified Lover Boy" : une victoire écrasante mais sans péril pour Drake

Première place du 23 septembre 20213 minutes
Avec le succès de son sixième album studio, Drake enracine encore un peu plus son statut de pop star, bien au-delà du rap. Mais ce nouveau disque montre aussi un artiste engoncé dans son confort artistique.

Depuis début septembre, Drake affole tous les compteurs. Avec Certified Lover Boy, son sixième album studio depuis Thank Me Later en 2011, Drake a battu le record du nombre d’écoutes en ligne le jour de la sortie sur Apple Music et Spotify, les deux leaders du streaming aux US. Un succès commercial qui s’est transformé en une première place au classement des ventes d’albums tous genres confondus du Billboard Magazine, la parution officielle de l'industrie musicale américaine. Un pied en haut du podium avec en prime neuf morceaux dans le top dix single, dont la première place est revenue à "Way 2 Sexy" et son clip au ridicule assumé. Certified Lover Boy est d’ailleurs le seul album rap de cette année à être resté deux semaines de suite en tête du Billboard.

Une vrai pop star, au-delà du rap

Un succès écrasant pour Drake qui n'est pas vraiment une surprise. Déjà parce que ce Certified Lover Boy était attendu, après une sortie annoncée en début d'année, puis finalement repoussée cet été. Depuis son précédent disque en 2018, le double album Scorpion et son lot de tubes ("In My Feelings", "Nice For What", "God's Plan"), Drake a balancé des compilations d’anciens morceaux (Care Package) ou de brouillons (Dark Lane Demo Tapes), des EPs (les deux Scary Hours), et surtout des hits en featuring et surtout tout seul. "Toosie Slide" et sa petite danse taillée pour TikTok. "Laugh Now Cry Later" avec Lil Druk et son clip rempli d'autodérision avec le gratin du sport américain. "What’s Next" et … Drake et seulement Drake qui flambe dans des voitures de sport. Le succès d'un morceau avec aussi peu de caractéristiques pop (un instru synthétique brut, aucun moment chanté) souligne le statut de Drake, devenu une vraie pop star, bien au-delà du rap.

Et comme toute icône, Drake a compris les codes de son époque. A l’image de la pochette de Certified Lover Boy et ses 16 emojis de femmes enceintes, créée par l'artiste contemporain Damien Hirst et qui a déjà été beaucoup détournée. Depuis l'emblématique clip de "Hotline Bling", Drake est devenu autant un générateur de mèmes pour faire marrer les réseaux sociaux qu’un musicien. Mais autant Drake se surpasse ces dernières années pour faire sensation sur les réseaux, autant il est entré dans une sorte de pilotage automatique dans sa musique, et ce Certified Lover Boy en est encore une parfaite illustration. Il n’y a plus vraiment rien de surprenant ou de singulier dans ses morceaux, et on n’y retrouve plus ce qui faisait leur force. Soit une arrogance de pacha du rap, soit une vulnérabilité émouvante, notamment dans ses relations amoureuses ou ses trahisons amicales. Sur Certified Lover Boy, même quand il parle de sa jeune paternité, il n’en ressort rien, sauf pour balancer sa parentalité à la figure de ses ex. C’est évidemment toujours bien produit et redoutable par moments, qu'il fasse du rap (7am On Bridle Path), du R&B ("Fucking Fans") ou même de l'afro ("Fountains"). Mais c’est surtout devenu souvent sans saveur.