MENU
Accueil
"Yellowjackets" : une série de survie entre féminisme et cannibalisme
Écouter le direct

"Yellowjackets" : une série de survie entre féminisme et cannibalisme

Le Screen du 03 mars 20223 minutes
La série débarque sur Canal + aujourd'hui.

Yellowjackets doit son titre aux vestes en mode teddy américaines, celles que les sportifs mettent avec le nom de leur équipe derrière, et il n’a pas été choisi par hasard évidemment car la série suit une équipe de football au lycée dans les années 90, une équipe de foot féminine. Tout va bien pour elles, elles remportent tous les matchs jusqu’au moment où elles vont devoir se rendre dans une autre ville pour jouer et que leur avion va se cracher sur une île au milieu de nul part... Le raccourcis serait de dire que c'un Lost version féminin et que l'on a déjà vu plein de séries survivalistes sauf que Yellowjacket a une particularité : elle suit deux timelines, celle de 1996 où les filles sont bloquées sur l’île et celle de 2021 où elles ont maintenant 40 ans et qu'elles ont repris leurs vies "normales" depuis des années.

Si la série révèle dès le départ que certaines s'en sont sorties, le vrai twist est de savoir comment elles ont fait pour survivre 19 mois seules paumées sur une île déserte. Et forcément leur passé les rattrape dans le présent quand une journaliste s’intéresse à leur histoire, et on découvre qu’elles cachent pas mal de choses, notamment des trucs assez gores. Dès le premier épisode, la série nous fait comprendre que les filles n'ont pas mangé que des insectes et des fruits... Non Yellowjacket mélange assez subtilement les genres horreur et thriller et s’aventure même dans des histoires de cannibalisme, miam miam, mais aussi de meurtres ou encore de rituels chelous. La série a carrément été validée par le maître ultime de l’horreur Stephen King donc ça donne le ton.

Mais Yellowjackets ne peut pas être que qualifiée comme une série d'horreur, car elle a aussi un côté très drôle et léger, surtout dans les scènes qui se déroulent de nos jours où les héroïnes se retrouvent des années après. Entre l’ancienne alcoolique qui replonge h24, la psychorigide qui n'arrive pas à coucher et la mère de famille dépassée, on se croirait dans Desperate Housewives version cannibale. Desperate version cannibale. Yellowjackets remet au goût du jour comment une micro société fait pour s’organiser, comment les amitiés peuvent résister dans une telle situation, à la manière du livre culte Sa Majesté des mouches dont elle s'inspire. Yellojackets met aussi en avant une certaine sororité qui fait plaisir à voir à l'écran car il faut le souligner : la série est portée par un casting 100% féminin, elle a été écrite et réalisée par une femme Ashley Lyle avec son compère Bart Nickerson. Mention spéciale aux actrices Juliette Lewis et Cristina Ricci qu'on avait pas vu depuis longtemps et qui sont géniales.

La série a d'ailleurs fait un tabac aux Etats-Unis, un succès surprise pour la chaine américaine Showtime. Elle est devenue la deuxième série la plus regardé de la chaine après Dexter : New Blood. Les téléspectateurs ont été attirés quand ils ont vu les super critiques et la série a réunit en moyenne 5 millions, quasi autant que pour Euphoria sur HBO. Elle a déjà été  renouvelée pour une saison 2, donc préparez vous à faire encore plus de cauchemars.