MENU
Accueil
"We Own This City" : le retour réussi des créateurs de "The Wire"
Écouter le direct

"We Own This City" : le retour réussi des créateurs de "The Wire"

Le Screen du 25 avril 20223 minutes
La série débute ce soir sur HBO, demain sur OCS chez nous.

Retour à Baltimore pour David Simon et Georges Pelecanos. Deux décennies après la mythique The Wire, les créateurs reviennent avec une nouvelle mini-série We Own This City, en vf La ville nous appartient. Un gros challenge pour eux de passer après The Wire qui est devenue une vraie référence en termes de scénario au fil des années. Elle racontait le quotidien des flics et des trafiquants dans un Baltimore post 9/11 et a révélé des acteurs géniaux tels que Dominic West ou Idris Elba. Deux décennies plus tard, We Own This City nous replonge donc dans les rues de cette ville, cette fois-ci du côté des flics corrompus et d’un système gangrené qui fait froid dans le dos.

La réalité rencontre la fiction

La série est l'adaptation du livre du même nom, une enquête signée Justin Fenton, un ancien journaliste du Baltimore Sun comme David Simon le créateur. Il y raconte la descente aux enfers de l’unité spéciale de police de Baltimore appelée Gun Track Trace Force, censée éradiquer le trafic de drogue et mettre fin aux homicides omniprésents dans la ville, sauf que tout ne va pas se passer comme prévu car cette task force a totalement abusé de son pouvoir. La série met en scène cette bande de flic avec à sa tête le sergent Wayne Jenkins qui se sent tout puissant avec sa matraque à la main dans les rues de la ville. C'est lui qui va mettre en place un système de corruption totalement horrible au sein de son unité à base d’extorsion, de fausses preuves, de perquisitions illégales, de racket… Cette fameuse task force devient petit à petit encore pire que les trafiquants eux même, d’autant plus qu’ils ont les pleins pouvoirs.

Et puis un évènement va venir tout chambouler : la mort de Freddie Gray, 25 ans, décédé suite à des violences policières dans un van de police en 2015. Une histoire vraie qui est relatée dans la série et qui va permettre de suivre le avant et le après à travers sa narration. Le après étant porté par une avocate des droits civiques qui cherche à enquêter sur ses policiers, mais qui se retrouve souvent face à des murs car ils se protègent tous entre eux. Dans la vraie vie, 6 policiers de cette task force ont été condamnés en 2017.

Jon Bernthal au sommet

Si la série est très bien faite sur beaucoup de points, elle pêche sur son côté narration un peu trop foutraque par moment. On se perd un peu dans la chronologie de l’histoire car elle fait pas mal d’aller retour à travers le temps. 6 épisodes étaient peut être un format un peu court pour un récit aussi complexe. Mais c’est le seul point négatif de We Own This City car au delà de ça, la série est géniale. Comme The Wire, elle nous plonge dans cette ambiance électrique des rues de Baltimore à travers des regards, des gestes et de la violence aussi forcément. Le climat est tendu constamment et on le ressent à travers la cinématographie de la série qui est filmée caméra à l’épaule tel un documentaire pour encore plus de réalisme.

Niveau casting, les acteurs ont été très bien choisis. Les créateurs ont d'ailleurs repris l’un des acteurs de The Wire, Jamie Hector qui passe d’un rôle de gangster à celui d'un détective. Et puis mention spéciale à Jon Bernthal, qui joue le chef ripoux totalement horrible et fou. Il est juste parfait dans le rôle et on peut noter son évolution depuis son personnage de Shane dans The Walking Dead. L'acteur a depuis tourné pour Denis Villeneuve ou encore Steve McQueen, et a été la star de la série Netflix The Punisher. Il porte We Own This City par son talent et son charisme, et rien que pour sa prestation, la série vaut le coup d'œil.