MENU
Accueil
"The Nevers" : un X-Men féminin à l'époque victorienne
Écouter le direct

"The Nevers" : un X-Men féminin à l'époque victorienne

Le Screen du 12 avril 20213 minutes
Le premier épisode est disponible sur OCS.

Gros retour pour HBO niveau série avec sa très attendue The Nevers qui sort aujourd'hui. La chaine américaine n'avait pas sorti de nouvelles séries depuis la rentrée et ses nouvelles productions sont toujours un évènement. The Nevers mélange deux genres que l’on voit pas souvent ensemble : l’historique et le fantastique et nous plonge dans l’Angleterre époque victorienne où certains londoniens ont hérité de pouvoirs surnaturels. 

Trois ans avant l'action principale, Londres a été témoin d'un mystérieux événement qui a donné des pouvoirs à certains habitants, en majorité des femmes. Certaines peuvent voir le futur, d’autres manier le feu ou la glace ou encore avoir une force surhumaine. Ces super-héros sont surnommés "les touchés" mais sont très mal vus par la société et vivent dans un orphelinat pour éviter d’être persécutés. 

Le concept de The Nevers est plutôt original à mi-chemin entre X-Men et Bridgerton, sauf que les femmes en robe à froufrou ne se battent pas pour trouver un mari mais pour rester en vie en mode héroïnes du 19e siècle. La série était très attendue car elle est signée Joss Whedon,  le réalisateur des deux premiers Avengers mais surtout le papa de la série culte Buffy contre les vampires. Il a du quitter le tournage de The Nevers car son passé l'a rattrapé. En effet, il a été accusé de harcèlement par plusieurs actrices de Buffy, mais aussi par un acteur de Justice League qu’il a aussi réalisé avant d'être repris par Zack Snyder dans son director's cut. Il a donc abandonné the Nevers en cours de route et n’a réalisé que les 4 premiers épisodes avant de laisser la place à ses collègues féminines qui ont repris la suite. 

Là où The Nevers aurait pu être une série féministe portée par des personnages féminins forts, elle peine à trouver son rythme et son identité. La série met beaucoup de temps à s’installer et se perd dans des intrigues superflues qui n'arrivent pas à rester interessantes. Ses personnages soi-disant figures féminines fortes sont très caricaturales et on peine à s’attacher à leur histoire qui semble encore très floue. La série a plein d'idée mais se perd rapidement dans trop de futilité et peine à nous embarquer dans sa magie. A voir ce que donne le changement de réalisateur après l'épisode 4, peut être que la série bénéficiera d'un point de vue féminin et d'une nouvelle énergie.