MENU
Accueil
"The Batman" : le chevalier noir se réinvente sous les traits de Robert Pattinson
Écouter le direct

"The Batman" : le chevalier noir se réinvente sous les traits de Robert Pattinson

Le Screen du 02 mars 20224 minutes
Bye-bye le vampire, bonjour la chauve souris.

Le film le plus attendu de l’année est enfin sorti au cinéma ! Après Michael Keaton, Christian Bale ou encore ce loser de Ben Affleck, c’est Robert Pattinson qui enfile le costume de chauve souris. L’acteur de 35 ans, qui a fait fantasmer les midinettes en vampire dans Twilight, faisait face à un énorme challenge avec ce personnage ultra aimé des fans de DC Comics. Au départ, ils ont eu peur quand son nom a été annoncé au casting mais les premières bandes-annonces les ont vite rassurés. Et franchement après avoir vu le film, on peut se l'avouer : c'était un pur choix.

Le Batman qu'on attendait

Le film est réalisé par Matt Reeves à qui l’on doit déjà Cloverfield ou La planète des singes. Un choix de cinéaste assez osé car il n'était pas trop connu et il avait surtout la très lourde tâche de passer après Zack Snyder et Christopher Nolan. Mais Warner a misé sur le bon candidat car il a réussi à totalement métamorphoser Batman slash Bruce Wayne qu’on connaît bien. Fini le milliardaire beau gosse et bienvenu au dépressif émo qui a l’air tout droit de sortir d’un clip d’Evanescence ! Matt Reevers a totalement rajeuni le personnage du chevalier noir qui a toujours eu une image de playboy quarantenaire qui fait peur aux malfrats de Gotham city dans une Batmobile un peu hytech. Sauf que là, c’est une autre proposition. Batman n'existe que depuis 2 ans, il se cherche encore en essayant de trouver sa place en tant que chevalier noir. En fait, Matt Reeves en a fait un personnage très torturé, dark et complexe avec un aspect beaucoup plus détective que super héros.

Le Batman de Robert Pattinson a un aspect beaucoup plus humain ancré dans la réalité. On le voit même se maquiller les yeux en noir avant d’enfiler son costume et il a les cheveux tellement gras qu’on n'est pas sûr de son capitale douche. L'acteur réussi à donner au personnage une grande fragilité ce qui en fait la grande force du film.

L'équipe de choc

De plus, l'acteur est très bien entouré. Colin Farell en pingouin est méconnaissable, Paul Dano en Riddler fait ultra flipper à l'image d'un méchant de film d’horreur, Jeffrey Wright est super en inspecteur Gordon et puis surtout Zoé Kravitz est totalement démente en Catwoman. Mais elle est tellement magnétique dans le rôle, elle arrive à se muer en vrai chat à travers sa gestuelle et à apporter un côté ultra sexy plus par son jeu d’actrice que par un quelconque costume.

Sa relation avec Batman est sensuelle tout en étant sur un pied d’égalité. Leur alchimie crève l'écran et a un vrai impact sur l’histoire. Ça fait du bien de voir une Catwoman qui n'est pas là juste pour faire jolie.

Le petit bémol

Le seul point négatif du film est sa longueur : 2h57. Stop vraiment avec les films aussi longs qui cassent le rythme, il y a des scènes clairement pas utiles surtout vers la fin. C’est dommage mais ça n’enlève rien à la qualité du film. Les puristes diront qu'il ne peut pas surpasser The Dark Knight, mais ce n'est pas son ambition. En tout cas, si le film est un succès, on peut espérer une trilogie, et vu sa fin ça ne serait pas étonnant...