MENU
Accueil
"Pone, sans rémission" : le documentaire sur le fondateur de la Fonky Family
Écouter le direct

"Pone, sans rémission" : le documentaire sur le fondateur de la Fonky Family

Le Screen du 24 mars 20224 minutes
Il est disponible sur BrutX.

C'est à donc à Pone, le producteur iconique, beatmaker, co-fondateur de la Fonky Family à qui l’on doit des sons de dingue comme Art de rue, que BrutX consacre son dernier documentaire qui sort aujourd'hui sur la plateforme. Le groupe de Marseille est considéré comme l’un des groupes pionniers du rap français avec ses membres cultissimes Dj Djel, le rat Luciano, Don Choa, Sat, Menzo et évidemment Pone. Le documentaire Pone, sans rémission signé Yohan Malka et Vincent Bruchy revient sur sa carrière et sur sa vie.

Sa vie, sa carrière, sa maladie

Le titre sans rémission n'a pas été choisit au hasard car il fait écho aussi bien à un titre du groupe mais aussi à la maladie de Charcot dont Pone est victime. Il a été diagnostiqué en 2015 et aujourd’hui il est entièrement paralysé et ne peut communiquer qu’avec ses yeux grâce à un système informatique. Le documentaire est raconté par lui, via la voix de l’imitateur Marc-Antoine le Bret qui a reproduit sa manière de parler et son accent du sud. Via cette voix off, Pone nous plonge dans sa vie, de ses débuts à Marseille où il graffe dans la rue à ses rencontres avec les membres de la FF qui vont changer sa vie. Ils créent la Fonky Family en 1994, à l’époque, il n’y avait que IAM comme groupe de Marseille vraiment connu. Pone était considéré comme le grand frère du groupe et c’est lui qui produit l’intégralité des sons de leur premier album Si dieu veut... qui sort en 98.

Le succès immédiat

L'album est un carton immédiat, 400 000 ventes et Disque d’or. Ils enchainent une tournée à guichet fermés dont un concert dans la salle mythique de l'Olympia. Il y a beaucoup d’archives dans le doc qui nous plongent dans le Marseille des années 90 qui s'enjaille sur la Fonky Family. À l’époque, ils parlaient à toute une société qui ne se sentait pas représentée et c’est ça qui a fait leur succès, le fait d’écrire sur la réalité de la rue en lui donnant la valeur qu’elle mérite. C’est ce qu’explique Dj Djel dans le documentaire.

Notre concept c'est de parler de gens comme nous. Ceux qui galèrent à payer des factures, qui ont des enfants qui partent en couille, des parents qu'on voit vieillir. C'était la vie en fait ! C'est plus du rap de vie que du rap de rue.

Un bel hommage

Ils sortent 2 autres albums et se séparent en 2007. Un moment dont Dj Djel et Le rat luciano parlent avec émotion dans le documentaire. D’ailleurs on retrouve pas mal de figures du rap français qui parle de la FF et de Pone comme Kery James, Rim'K, Manu Key mais aussi son entourage marseillais de l’époque. C’est assez touchant de voir toutes ses personnes rendre hommage à son travail et à sa personnalité. Il y a aussi sa femme Wahiba, qui parle notamment de sa maladie et de comment ils vivent aujourd'hui. Dans un endroit aménagé, il est entouré de sa femme et ses deux filles et il a même repris la musique depuis peu, qu’il compose grâce à ses yeux. C’est une force de la nature Pone, et ce documentaire est plein de vie, de couleurs, de musique... à son image.