MENU
Accueil
"Mourir peut attendre" : Daniel Craig fait ses adieux dans un film décevant
Écouter le direct

"Mourir peut attendre" : Daniel Craig fait ses adieux dans un film décevant

Le Screen du 06 octobre 20213 minutes
Le film est enfin sorti en salles aujourd'hui.

Six ans qu’on attendait le retour de 007 au cinéma. Et après avoir été repoussé, retardé, re daté à cause de la pandémie, ça yé Mourir peut attendre est sorti aujourd’hui au cinéma. S'il est le 5ème film avec Daniel Craig en James Bond, il marque surtout la fin de son rôle en agent puisque c'est son dernier film. 

Et pour fêter son départ avec classe, les producteurs ont vu les choses en grand pour ce 25ème James Bond avec Cary Fukunaga aux manettes, le réalisateur de la magnifique saison 1 de True Detective, mais aussi avec l’acteur oscarisé Rami Malek en méchant, avec Hans Zimmer à la BO et enfin avec la créatrice de la série Fleabag, Phoebe Waller Bridge, venue apporter sa touche féminine et féministe au scénario, trop souvent réducteur pour les femmes. 

Un scénario bancal 

L’action du film se déroule après Spectre où James vit sa meilleure vie avec Madeleine (Léa Seydoux). Il est à la retraite et profite de sa dulcinée, sauf que leur passé va les rattraper. Et forcément fini la vie tranquille, 007 va encore devoir sauver le monde d’une sorte de virus créé par des technologies mega avancées. Une histoire 100% James bondienne, avec le package autour qui fait kiffer les fans : la Aston Martin, le costard, les gadgets de Q et même des références méta aux anciens films (Coucou Eva Green!). 

Mais tous ses ingrédients sont du déjà-vu et ne suffisent pas à en faire un bon film. Mourir peut attendre s'avère déjà très long, 2h43 le plus long 007 de l'histoire de la franchise, et surtout ne raconte pas grand chose. Son scénario peine à avancer et se veut beaucoup trop alambiqué pour rien dire. Le méchant Safin n'a aucune saveur, et son motif derrière ses attaques est particulièrement ridicule. C'est bien dommage car le talent de Rami Malek n'est pas exploité, et son interprétation est à la limite de la caricature. 

Love to love

Léa Seydoux quant à elle, fait partie intégrante de ce film, dans le rôle de Madeleine Swann, l'amoureuse de James introduite dans Spectre. L'actrice française ne fait pas l'unanimité, mais ne serait-ce pas dû plus à son rôle assez insupportable qu'à son jeu d'actrice ? Ce n'est jamais facile de jouer le love interest de James Bond, d'autant plus que dans ce film, son histoire d’amour avec Daniel Craig est vraiment au cœur du scénario, avec un twist particulièrement WTF. Alors oui James Bond a le droit d'être amoureux, mais la plupart des fans ne vont pas voir James Bond pour assister à des dialogues gnangnans avec des cœurs dans les yeux, et Mourir peut attendre en accumule beaucoup (trop). 

Trop attendu ? 

Là où Mourir peut attendre redevient jouissif, est lors de ses scènes d'action assez phénoménales. Elles sont d'ailleurs les meilleures scènes du film, notamment la scène d’intro de course poursuite dans un village italien, mais aussi la scène de fight à Cuba avec Ana de Armas totalement mémorable, ou encore un plan séquence filmé en mode jeu vidéo à la fin du film. Cary Fukunaga prouve qu'il s'en sort très bien dans l'action, avec des scènes teintées de couleurs, de mouvements de caméra qui jouent avec le spectateur, et d'effets spéciaux pas too much. 

Le plus gros problème de Mourir peut attendre vient peut être simplement de l'attente qu'on en avait justement. A force d'en parler et de le teaser, peut être qu'on s'en était fait une trop grosse idée. Comme par exemple les rôles féminins qui ont été vendus comme très importants, notamment celui de Lashana Lynch, nouvelle 007, censée représenter la relève féminine de Bond. Sur le papier tout va bien, sauf que l'actrice n'a qu'un petit rôle dans le film, sans envergure et intrigue particulièrement développé. Au final elle est là pour donner la réplique à Daniel Craig, et va même jusqu'à lui redonner son numéro d'agent. Pareil pour l'actrice cubaine Ana de Armas, révélée dans A couteaux tirés. Si elle irradie dans sa scène d'action à Cuba avec Craig, elle aurait méritée d'autres apparitions dans le film, et non pas juste un rôle qui se limite à 3 lignes de dialogue et une scène de fight en robe. Mourir peut attendre va surement en décevoir plus d'un, mais ça n'empêche que Daniel Craig va beaucoup manquer à la franchise.