MENU
Accueil
Marie Papillon : "Instagram a donné de la visibilité à énormément de meufs !"
Écouter le direct

Marie Papillon : "Instagram a donné de la visibilité à énormément de meufs !"

Le Screen du 21 mai 20213 minutes
L'humoriste sort sa première série sur Téva ce week-end "Marie et les choses" dont elle est l'auteure, la réalisatrice et l'héroïne. Une plongée loufoque dans son quotidien où elle parle avec ses objets. Rencontre.

Mouv : Est-ce que tu peux nous expliquer le concept de "Marie et les choses" ? 

Marie Papillon : C’est l’histoire d’une fille dans sa vie quotidienne, qui a une faculté et une particularité qui est que quand elle se retrouve dans des moments de doutes ou de questionnement comme on peut tous avoir, sa conscience se retrouve dans des objets. Donc elle se retrouve dans des situations où soit les objets interfèrent et l’aide, ou soit à l’inverse ils lui disent que des trucs nuls, et elle perd tous ses moyens ce qui donne des situations drôles. 

Comment t'es venu cette obsession des objets ? C'est Toy Story ?

En fait depuis petite c’est un jeu que je fais, mais que j’avais essayé d’enfouir au plus profond de moi avec l’adolescence. Je me suis dit “Bon Marie c’est bon tu vas arrêter ses conneries c’est quand même bizarre !. Et en fait avec le confinement et Instagram, j’ai commencé à poster ça sur les internets et là ça a pris de l’ampleur.

D’ailleurs "Marie et les choses" tu as eu l’idée pendant le confinement ?

Exactement ! En fait pendant le confinement on pouvait rien faire, on était enfermé chez nous et du coup fallait faire avec ce qu’on avait autour de soi. À ce moment là du coup, j’ai fait beaucoup de stories d’objets et les gens ont aussi commencé à voir leurs appartements différemment. Et puis ma productrice m’a dit qu’il fallait vraiment qu’on en fasse quelque chose, surtout que j’abordais plein de thèmes différents avec ses objets. 

Marie et les choses
Marie et les choses

Justement quels thèmes on retrouve dans ta série ? 

Des thèmes de la vie quotidienne qui parlent à tous : les poils, la mycose, les règles, le date, la jalousie, la procrastination etc… Après je vais aussi aborder des thèmes qui sont plus profonds mais toujours de manière assez légère et bienveillante. Par exemple la ménopause, le sexisme ordinaire, le genre, la discrimination et même la mort ! C’est des thèmes qu’on met pas forcément en avant parce qu’on en parle moins, ou des thèmes plus tabous typique le prout dans le couple, ce pet qui te réveille alors qu’on vient de rencontrer quelqu’un ! 

Tu t’es inspirée d’anecdotes de ta vie du coup ? 

Oui évidemment, des choses de mon quotidien que je maîtrise. Après il y a aussi des choses qui impactent mes amis et que je veux mettre en avant. Par exemple la ménopause, c’est pas un sujet qui me concerne maintenant mais dont j'estime qu'on devrait parler plus pour accompagner les femmes là dedans, et arrêter de croire que parce qu’on est ménopausée on n'a plus de vie ! Donc c’était un sujet que je voulais mettre en avant car il y a aussi des femmes très jeunes qui sont ménopausées, et je voulais casser ce tabou là. J’ai essayé de faire quelque chose d’inclusif en fait, à mon niveau avec mes connaissances, pour essayer de sensibiliser les gens avec un ton pas moralisateur. Juste essayons d’en discuter, soit d’en rire, soit d’ouvrir un débat et une réflexion là dessus pour mieux se comprendre !

Tu as percé grâce à Instagram, tu dirais que c’est la nouvelle plateforme pour les jeunes humoristes ? 

Pour moi c’est la plateforme qui te donne le plus de visibilité, et qui a donné de la visibilité à plein de meuf et ça c’est super ! Moi en tout cas c’est ce qui m’a aidé à laisser ma créativité s’exprimer, à me dire que ça pouvait plaire, à me dire que ça pouvait m’amener sur autre chose, donc oui je trouve que c’est un super moyen de diffusion. 

Et pourquoi le format court télé, plus que Youtube par exemple ?

J’ai été habituée sur Insta à essayer de faire passer un message en 15 secondes ou une blague, et c’est un exercice hyper compliqué car c’est court. Donc vu que je le pratiquais sur Insta, j’aimais bien cette idée de format court où il ne faut pas en dire trop. Et puis il y a 50 épisodes, c’est pas une histoire à suivre avec un fil rouge incroyable, c’est juste une pastille sympa qui va t’emmener à avoir une réflexion sur un sujet et à pouvoir aussi en rigoler. 

C’est quoi la prochaine étape du coup, un one-woman show ?

Alors non j’ai pas particulièrement envie de monter sur scène. Je trouve que c’est un métier hyper dur et éprouvant, où il faut avoir des choses à raconter. Et puis c’est pas parce que tu es drôle sur Insta, que tu l’es forcément sur scène, même si il y en a évidemment qui y arrivent super bien ! Moi je pense que c’est un exercice qui ne serait agréable pour personne ! Je suis plus dans la comédie, les films et l’écriture. Le spectacle je pense qu’il me faut encore un peu plus de bouteille pour y accéder de manière sereine. 

Marie et les choses, à partir du 22 Mai sur Téva.