MENU
Accueil
Les meilleures séries de 2020
Écouter le direct

Les meilleures séries de 2020

Le Screen du 16 décembre 20203 minutes
Point positif du confinement : on a pu en mater pas mal.

I May Destroy You, dispo sur OCS

Coup de cœur pour cette série produite par la chaîne américaine HBO. I May Destroy You raconte l’histoire d’une jeune écrivaine londonienne qui a fait un black out après une soirée. Elle se rend compte qu’elle a été droguée et violée et va donc essayer de comprendre ce qui lui est arrivé. Un sujet important, de plus en plus traité dans les séries à l'image de 13 Reasons why sur Netflix. Comment se reconstruire après un tel traumatisme ? La série a été créée par la talentueuse Michaela Coel (Chewing Gum), qui joue aussi le rôle principal. Elle s'est inspirée d'une histoire qui lui est arrivée dans la vraie vie, et son interprétation est aussi juste qu'elle est lumineuse. Féministe, femme racisée, millenial dans les excès, rien n'est laissé au hasard dans l'écriture de son personnage totalement actuel. I May Destroy You parle d'un sujet dramatique, mais se permet aussi de nous faire sourire avec des dialogues remplis de punchlines piquantes. A voir absolument.

Validé, dispo sur Canal +

C'est la série française de cette année, qui a tout cartonné pendant le confinement numéro 1 : Validé réalisée par Franck Gastambide. Première série sur le monde du rap français, qui jongle entre freestyle, drame, et comédie. La première saison est portée par le génial Hatik, qu'on ne présente plus, qui a réussi à faire exploser le nombre de vues de la série, et maintenant les ventes de ses titres. Alors tristesse, il sera pas présent dans la saison 2, ou peut être en flashback vu les premiers visuels de la saison. Mais ce qui est sur c'est qu'elle sera centrée sur une rappeuse marseillaise cette fois-ci, interprétée par Laetitia Kerfa. Le tournage vient de se terminer, avec encore beaucoup de guest au programme comme Soolking, Rohff, Dinos, Naps, Sniper et encore d'autres. On retrouvera aussi Sam's et Bosh pour encore plus de battle.

Normal People, dispo sur Starzplay

Impossible de ne pas fondre d'amour pour cette série romantique irlandais sublime. Normal People suit l'histoire de deux ados qui tombent éperdument amoureux et dont on va suivre la vie après le lycée. Les deux acteurs sont totalement magnétiques, notamment le jeune Paul Mescal qui crève l'écran de par sa beauté et son talent. La série nous offre une parenthèse douce, en racontant le premier amour qui grandit, s’effrite, se relève, se casse... Un rite initiatique en quelque sorte, par lequel tout le monde est passé, et qui rappel la puissance des premières fois. Pour le moment, aucune saison 2 n'est prévue, en espérant que ça change, histoire qu'on continue de vivre cet amour intense que se porte les deux personnages.

Le Jeu de la Dame, dispo sur Netflix

Grosse surprise de cette fin d'année, Le Jeu de la Dame est devenue la mini-série la plus regardée Netflix avec plus de 62 millions de foyers qui l’ont visionné dans le monde. Et pourtant sur le papier, la série n'avait pas tous les ingrédients pour être un carton. Déjà son thème principal est : les échecs, un jeu compliqué à la réputation très intellectuel. Sauf que contre toute attente, le monde s'est passionné pour le personnage de Beth Harmon, championne d'échec névrosée et alcoolique qui détonne dans ce monde des années 50. Elle est brillamment interprétée par Anya Taylor-Joy, qui s'est fait connaître dans Split de M. Night Shyamalan. Elle est quasiment de tous les plans et de toutes les scènes. Sa froideur incandescente et son regard mutin arrive à happer les spectateurs de façon magnétique. Et mention spéciale pour ses looks hyper travaillés, du petit tailleur, au manteau blanc, et à sa coupe au carré rousse. Les ventes d'échec ont d'ailleurs doublé depuis la sortie de la série.

Unorthodox, dispo sur Netflix

Après le succès de Dark, la plateforme a de nouveau misé sur une série allemande qui s'est avérée être un véritable bijou. Unorthodox est une mini-série de 4 épisodes, qui raconte l'histoire de la jeune Esther Shapiro qui quitte sa communauté juive orthodoxe très pratiquante de New York pour s'émanciper seule à Berlin. Une série qui creuse un thème peu récurent : celui de la religion et de la pression des jeunes face aux croyances de leur famille. La série est sublimée par l'interprétation de la jeune Shira Haas, véritable révélation. L'actrice israélienne brille par son charisme, et est devenue un des jeunes espoirs du cinéma israélien.