MENU
Accueil
"Une histoire d'amour et de désir' : une ode à la jeunesse et à sa sensualité
Écouter le direct

"Une histoire d'amour et de désir' : une ode à la jeunesse et à sa sensualité

Le Screen du 06 septembre 20213 minutes
Un film touchant sur l'après-adolescence, rempli de sincérité et volupté.

Une histoire d'amour et de désir porte bien son nom, tant c'est un récit initiatique vécu par tout le monde lors de sa pré-vingtaine. L’éducation sentimentale de jeunes adultes perdus entre attirance compulsive et pudeur de l'âge. C'est ce moment qu'à réussi à réaliser avec talent Leyla Bouzid dont c'est le deuxième long-métrage qui fut présenté en clôture de la semaine de la critique au Festival de Cannes. 

Le film suit le personnage d’Ahmed (Sami Outalbali), jeune bachelier qui vit en banlieue parisienne. Une nouvelle vie commence pour lui car il commence ses études de littérature arabe à la Sorbonne à Paris, et une rencontre va le bouleversé car dans sa classe il y a la solaire Farah (jeune révélation Zbeida Belhajamor). Cheveux de lionne et regard malicieux, elle contraste directement avec lui qui se trouve être plutôt timide et introverti. De plus elle vient de Tunis, elle parle arabe, elle est fière de sa culture alors que lui est d’origine algérienne mais ne connaît rien de ses racines. 

Evidemment, les deux personnages vont tomber éperdument amoureux sauf qu'Ahmed n’arrive pas à passer le cap de la première fois. Il est bloqué et n’arrive pas à exprimer ses émotions face à ça. C'est donc à travers la littérature arabe et surtout la poésie érotique qu’il va réussir à s’émanciper petit à petit, en découvrant une sensualité qu'il ne connaissait pas. Et si cette question du passage à l'acte a déjà été abordée dans beaucoup d'œuvres, il est rare qu'elle soit d'un point de vu masculin. C'est là la grande force du film qui montre aussi la difficulté que peut ressentir un jeune garçon à se laisser aller, à se comprendre et à se faire confiance. C’est un beau récit initiatique. 

Le film est porté par le charisme de son acteur principal Sami Outalbali, qui s'est fait connaitre avec son rôle de Rahim dans la série anglaise Sex Education. Il était déjà formidable dans la série, mais dans Une histoire d’amour et de désir il brille réellement d'autant plus que ce n'est pas facile de jouer un personnage timide et pudique, mais il est magnétique à l’écran. Leyla Bouzid arrive à filmer le désir de façon pur, en captant des moments de la vie quotidienne tels que des mains qui s'effleurent, des gouttes de sueurs, des regards intenses, un rapprochement dans un endroit bondé... Des parcelles de vie d’autant plus importantes à la fin de l’adolescence où l’on vit intensément tous ses moments pour la première fois.