MENU
Accueil
"La Révolution" sur Netflix : too much pour être réussie
Écouter le direct

"La Révolution" sur Netflix : too much pour être réussie

Le Screen du 19 octobre 20203 minutes
Elle est disponible sur la plateforme depuis vendredi.

C'était l'une des séries françaises les plus attendues de cette fin d'année : La Révolution sur Netflix, une relecture de la Révolution française à la sauce fantastique et horrifique créée par Aurélien Molas. La série est numéro une du top 10 France depuis ce week-end.

Quand les premières images de La Révolution sont sorties, elles ont laissé perplexe : Est-ce qu’on est sur une série historique, un Walking Dead version française ou une série de science fiction avec des plans en slow motion ? Bilan : prenez un shaker et mélangez un peu tout ça et vous aurez la recette too much de La Révolution. 

Pourtant, la série partait sur un pitch original qui pouvait convaincre : direction le comté fictif de Montargis en 1787 où règne la famille du même nom. Évidemment il y a une scission entre les riches et les pauvres avec les privilégiés qui ne donnent pas à manger au peuple qui meurt de faim. Sauf que le destin des personnages va basculer quand une sorte de virus appelé _le sang bleu_va débarquer. Un virus qui a pour particularité de transformer les humains en sorte de zombis immortels. 

Ce mélange des genres entre réalité et éléments fantastiques qui viennent s'ajouter au récit, en fait un pitch plutôt original, sachant que l'un des personnages principaux a vraiment existé : Joseph Guillotin, connu pour avoir son nom associé à l’invention de la guillotine. Sur le papier, on se dit que c'est plutôt une bonne idée de mélanger de vrais personnages à des personnages de fiction. Sauf que malheureusement y’en a pas assez. Quand on aurait aimé voir Louis XVI ou Marie-Antoinette, on se retrouve avec des personnages fictifs hyper caricaturaux, type Elise de Montargis la comtesse au grand cœur pseudo féministe, Albert son ex petit copain qui revient en sang bleu pour faire justice  Malheureusement, les personnages ne sont pas assez nuancés dans l'écriture, et on a l'impression de les avoir déjà vu dans d'autres séries, et en mieux. 

Là où La Revolution aurait pu marquer une vraie différence c'est par sa réalisation. En effet, son ambiance rappelle aussi bien la série coréenne Kingdom (une référence pour le créateur), que la géniale Vikings.  Une atmosphère assez dark avec beaucoup de violence et des plans en slow motion très stylisés. Sauf qu’il y en a un peu trop et qu'ils ont tendance à desservir le propos. Ce qui donne l’impression d'être face à un exercice de style par moment et c’est dommage. Tout comme le côté gore qui se justifie dans des séries comme Kingdom ou Vikings, bourrées d’hémoglobine avec leurs batailles impressionnantes, autant là c’est vraiment gratuit sur certains passages. Malheureusement, La Révolution n'est pas à la hauteur de ce qu'elle espérait entreprendre et ça se sent, même si elle reste une production française de Netflix 

La Révolution, disponible sur Netflix