MENU
Accueil
"La Casa de Papel", saison 5 : la fin est proche, et c'est tant mieux
Écouter le direct

"La Casa de Papel", saison 5 : la fin est proche, et c'est tant mieux

Le Screen du 03 septembre 20213 minutes
La série espagnole est de retour sur la plateforme.

Déjà un an et demi qu’on a laissé la bande de braqueurs la plus célèbre d’Espagne après une saison 4 assez mauvaise faut le dire, mais qui est tout de même venue égayer notre premier confinement. La bande d’el Professor était partie braquer la banque d’Espagne, sauf que comme d’habitude rien ne s'est passé comme prévu : Nairobi s’est faite tuer, Tokyo s’est fait larguer,  Lisbonne s’est faite rapatrier et el Professor s’est fait choper. 

Cette nouvelle salve d'épisode reprend donc quelques secondes après la fin de la quatrième saison. A noter qu'il vaut regarder le résumé, car forcément on ne se rappelle pas de tout. On suit la bande qui est pour une fois en grande difficulté car le Professor s’est fait découvrir par la flic Alicia Sierra. Du coup c’est le gros bordel dans la banque, les otages prennent le pouvoir, ça tire de partout et l’armée s’apprête à rentrer et à tuer tout le monde. 

Sans surprise, on est pas sur de la subtilité scénaristique ni sur une œuvre cinématographique incroyable. Non, La Casa de Papel reste un pur show de divertissement totalement dans le too much mais l'assume. C’est un peu le genre de production que les gens regardent pour la critiquer après (Coucou Riverdale), mais ils n'arrivent quand même pas à décrocher. 

Et si on ne peut pas reprocher à La Casa de Papel d'être un plaisir coupable, on peut quand même souligner qu'elle dure un peu trop longtemps. C’est le gros problème des séries qui devaient s’arrêter après une saison mais qui continuent vu qu'elles cartonnent. Effectivement, les deux premières saisons de La Casa de Papel étaient plutôt biens, on se laissait porter par le plan du Professor en découvrant ses personnages au nom de villes. La série était remplie de rebondissements et surfait sur une bonne intrigue à la Prison Break qui nous prenait aux tripes. D'ailleurs, la série a réussi à cartonner grâce au bouche à oreille des utilisateurs Netflix, chose plutôt rare quand on voit l'ampleur qu'elle a prise par la suite. 

En tout cas cette saison tire vraiment sur la corde. On a de plus en plus de mal à s'attacher aux personnages qui deviennent de plus en plus détestables (mention spéciale à Tokyo). La série enchaine les scènes d'actions inutiles, où ils ne font que tirer, crier et pleurer. Les seuls moments de répits viennent des flashbacks qui mettent en scène Berlin et un nouveau personnage. Ils permettent de faire une petite aparté et de mettre son cerveau en pause. En tout cas pour l'instant il n'y a que les 5 premiers épisodes qui sont disponibles avant la deuxième partie qui viendra conclure la série dans quelque mois.