MENU
Accueil
"Jupiter’s Legacy" : la série de super-héros ne décolle pas
Écouter le direct

"Jupiter’s Legacy" : la série de super-héros ne décolle pas

Le Screen du 07 mai 20213 minutes
Malgré ses promesses, Jupiter’s Legacy n'est pas à la hauteur de ses prédécesseurs.

Jupiter's Legacy, la nouvelle série de super héros de Netflix est sortie ce matin sur la plateforme. Elle est adaptée des comics du même nom de Mark Millar, à qui l'on doit Kingsman ou encore Kick-Ass, des comics un peu décalés qui ont eu des adaptations acclamées au cinéma. Du coup, Jupiters Legacy était assez attendue, et les premières images révélées par Netflix promettaient de la baston, des super pouvoirs, des costumes moulants et des mecs qui volent, toute la recette des programmes de super-héros. 

Là où Jupiter's Legacy tire sa plus grande originalité, c'est avec son côté drame familial. La série suit la famille Sampson, dont les parents sont les super-héros emblématiques du pays, chefs de leur groupe appelé Union, qui ont deux enfants eux aussi dotés de super pouvoirs. Sauf que le fossé des générations se creuse et les parents et enfants sont en conflit sur la manière de gérer les choses. D'un côté le chef Utopian veut garder ses valeurs et ne pas tuer les méchants, mais de l'autre les enfants s'insurgent de ce mode de fonctionnement et veulent combattre. 

De plus, la série est constituée de deux timelines : celle qui se passe de nos jours avec les parents vs les enfants, et celle dans les années 30 en mode origin story où l'on apprend comment le groupe de super-héros a eu ses pouvoirs. Il s'avère que cette partie devient vite la plus passionnante, car son arc narratif est le plus intriguant. 

Mais malgré un bon scénario, Jupiter's Legacy n'arrive pas à faire décoller son histoire. Déjà pour une série de super-héros, la série a totalement raté ses effets spéciaux, digne d'un Smallville des années 2000. Et si la série assumait son côté cheap qui en fait un show culte aujourd'hui, c'est parce qu'elle n'était pas une production avec les moyens de Netflix comme Jupiter's Legacy l’est.

Jupiter's Legacy
Jupiter's Legacy

De plus, les personnages sont assez ennuyeux, à commencer par le héros Utopian (Josh Duhamel fade), un fake Superman pas vraiment attachant rempli de leçons de morale sans aucune dimension. Ses enfants sont insupportables avec une mention spéciale à sa fille Chloé, qui se veut être le personnage rebelle de la famille, mannequin addict à la drogue. Vous avez dit caricature ? En fait, on a l'impression que Netflix a voulu voulu faire une série un peu subversive à la The Boys sur Amazon, mais le niveau n'est clairement pas le même. 

Jupiter's Legacy avait tous les ingrédients pour se faire une place dans le monde des séries de super-héros mais malgré quelques arcs narratifs interessants, ses personnages sont trop antipathiques pour capter l'intérêt du spectateur. Qu'ils meurent ou qu'ils survivent, c'est la même chose, et les twists sont beaucoup trop attendus. Jupiter's Legacy arrive aussi dans une période où le genre super-héros a été peut être trop vu et c’est compliqué de se démarquer des séries du même genre. Netflix avait déjà tenter l'expérience avec Umbrella Academy, avec des anti-héros géniaux qui pour le coup re-dynamisaient le genre. Après, tout n'est pas non plus à jeter dans Jupiter's Legacy qui trouvera peut être son public chez les amateurs de comics.