MENU
Accueil
"Heartstopper" : la nouvelle série Netflix LGBTQIA+ dont on va tomber amoureux
Écouter le direct

"Heartstopper" : la nouvelle série Netflix LGBTQIA+ dont on va tomber amoureux

Le Screen du 22 avril 20223 minutes
Les 8 épisodes sont disponibles sur la plateforme.

Attention ! Alerte cuteness absolue pour cette nouvelle série britannique signée Netflix qui est sortie ce matin. L’histoire d’amour entre Charlie et Nick, deux lycéens que tout oppose mais qui vont tomber amoureux. L’un est rêveur, musicien, et vient de s’affirmer gay et l’autre est le joueur de rugby star de base hétéro. C’est beau, touchant, beaucoup trop mignon et elle donne envie de tomber amoureux. Heartstopper est l’adaptation du roman graphique du même nom, qui est devenu un gros phénomène. En fait de base, il a été publié sur le web et a tout cartonné, on parle de 52 millions de vues, donc forcément ça a attiré la maison d’édition Hachette qui a acheté les droits pour le sortir en physique. Depuis il y a eu 4 tomes parus et le cinquième est à venir.

Un réalisme touchant

Du coup forcément, la série était ultra attendue la preuve la bande annonce a été vue plus d’1,5 millions de fois. Alors oui ce n'est pas un chiffre à la Stranger Things mais pour une série aux airs un peu indé et surtout qui met en avant une histoire d'amour gay, c’est marquant. Parce que oui, Heartsopper c’est une histoire d’amour mais aussi une quête d’identité et une quête de sexualité. Les deux personnages principaux sont super bien écrits parce que rien n’est caricatural. Le fait que Nick le rugbyman tombe petit à petit amoureux de son ami est super bien développé, on sent son attirance qui arrive petit à petit, ses sourires quand il reçoit un message, comment il défend son ami face aux moqueries, ses gestes qui deviennent de plus en plus tendres. C’est très juste. En même temps, l'autrice Alice Oseman s’est inspiré de sa vie au lycée pour l'écrire et elle avait seulement 20 ans quand elle a sorti la BD, donc forcément c’est très réaliste.

Les questions LGBT sont toujours des thèmes très importants à aborder, notamment dans les séries grand public, produites par des plateformes telles que Netflix qui s'adressent à tout le monde. Et en plus de son histoire principale, Heartstopper met aussi en scène une jeune fille trans qui essaie de s’adapter à son nouveau lycée pour fille et une trop belle histoire d’amour entre deux nanas. Mais si elle parle de sujets graves comme l’homophobie, le harcèlement ou encore les troubles du comportements alimentaires, elle arrive quand même à être très solaire pas dans le drama pathos qu’on a vu 500 fois. Les personnages ne s’excusent pas de qui ils sont et ça fait vraiment du bien à voir.

Retour au lycée

La série met en avant des nouveaux talents tels que les deux acteurs principaux Joe Locke et Kit Connor qui sont vraiment beaucoup trop mignons et très justes dans leurs interprétations. Et que ce soit eux ou les rôles secondaires, Heartstopper a aussi l'avantage de mettre des jeunes au physique "lambda", loin des standards habituels. En fait ce sont de vrais ados, même si ils ont plus que 16 ans IRL on le voit avec des boutons, des cheveux en vrac et des démarches un peu gauche. L’inverse de la série Love Victor par exemple, qui abordait aussi le coming out au lycée, sauf qu’elle y allait beaucoup plus dans la caricature avec que des acteurs très beaux et une ambiance plus Disney là ou Heartstopper est beaucoup plus intimiste et réaliste. Et puis +1 pour le côté anglais.

En tout cas, c'est encore un pas de plus vers la représentation des personnages LGBTQIA+ dans les séries. Selon les études de la GLAAD (Gay & Lesbian Alliance Against Defamation) depuis 2019, le pourcentage des personnages LGBTQIA+ dans les séries ne fait qu’augmenter. Ils représenteraient 12% dans les séries américaines par exemple aujourd'hui et on le remarque surtout dans les show pour ados. Que ce soit Jules et Rue dans Euphoria, Ander et Omar dans Elite, Cheryl et Toni dans Riverdale… On est vraiment passé à un autre niveau même si tout n’est pas encore parfait évidemment. En tout cas Heartstopper est vraiment à voir car plus qu'une histoire entre deux garçons, c'est surtout l'histoire d'un premier amour, des premiers émois, de ce moment où les papillons dans le ventre ne partent jamais... Et ça fait du bien à voir.