MENU
Accueil
"Halo" : que vaut la série adaptée du jeu vidéo culte ?
Écouter le direct

"Halo" : que vaut la série adaptée du jeu vidéo culte ?

Le Screen du 28 avril 20224 minutes
Les 5 premiers épisodes sont disponibles sur Canal +.

L'une des plus grosses franchises de jeux vidéos au monde s'apprête à étendre encore plus son univers. Halo, qui compte plus d'une dizaine de jeux vidéo en 20 ans d'existence avec 81 millions d'exemplaires vendus dans le monde, a maintenant une série adaptée qui s'ajoute au catalogue. La première série dérivée filmée en prises de vue réelles, qui s'appelle tout simplement Halo, a commencé depuis quelques semaines aux US et débarque chez nous aujourd’hui sur Canal +.

Et franchement Halo, c'est la série que l'on espérait plus. Il faut dire que y’a eu plein de projets de séries abandonnées, un projet de film en 2006 produit par Peter Jackson abandonné aussi... Le seul truc qui n'a pas bougé c’est Steven Spielberg à la production. Apparemment, le scénario aurait eu 265 versions différentes selon le showrunneur Steven Kane et en plus de ça, le tournage de la première saison a duré 2 ans à cause de la pandémie. Bref Halo était devenue une sorte de projet maudit, donc le fait que la série sorte enfin est un gros gros événement très attendu et très scruté.

Série vs. jeux vidéo

Comme les jeux vidéo, la série se déroule dans le futur en 2552, avec les mêmes personnages mais forcément une intrigue un peu différente. Il y a toujours le héro principal Master Chief, qui est un Spartan, les personnages qui ont leur fameuse grosse combi de militaire avec le casque sur la tête. Ce sont des soldats améliorés grâce à la génétique et la technologie qui sont sous le commandement des humains, la United Nations Space Command (UNSC), et qui se battent contre des aliens appelés L’alliance Covenant. Et puis il y a les peuples rebelles aussi comme les Madrigal qui ne veulent pas être sous la coupe des Spartan. On a l’impression d’être dans un monde digne de Game of Thrones mixé à un The Mandalorian.

Effectivement au premier abord, un non initié à la franchise peut-être un peu perdu mais le premier épisode permet de bien présenter de façon très ludique. Il s’ouvre d'ailleurs sur une scène de combat dantesque, qui situe tout de suite qui est qui, qui est contre qui, et qui va être important pour la suite de l'intrigue. La série a forcément rajouté un aspect plus humain à ces fameux super soldats qui se découvrent des émotions et qui vont chercher à comprendre pourquoi ils sont devenus comme ça. Le Master Chief va par exemple retrouver des souvenirs de son lui d’avant et c'est peut être d'ailleurs le point qui pourra saouler les fans du jeu qui n'ont pas l’habitude de cet aspect. D’autant plus que l'on découvre son visage dès le premier épisode de la série alors qu’on ne le voit jamais dans les jeux.

Des scènes de combat épiques

Mais que les fans se rassurent, les créateurs ont quand même réussi à garder l’aspect jeu vidéo sur la mise en scène. Les scènes de combat sont très bien réalisées et on a limite l'impression que l'on peut prendre une manette et jouer en direct. Spoiler : ne le faites pas, ça ne fonctionne pas. En tout cas, là où la série réussit à être addictive repose vraiment sur son côté aventure, alors que lorsqu'elle passe en mode parlotte, le rythme se perd un peu et la série devient un peu plus boring et longue.

Niveau casting, le Master Chief est joué par Pablo Schreiber qui est assez convaincant dans le rôle du soldat stoïque torturé et froid mais qui va se dévoiler peu à peu. Encore une fois, son caractère est un peu calqué sur le rôle du Mandalorian dans la série Disney +, d’autant plus qu’il forme un duo avec une jeune rebelle joué par Yerin Ha ce qui rappelle un peu le duo improbable entre Mando et Baby Yoda. Après les fans du jeu seront contents de retrouver l’intelligence artificielle Cortana doublée par la même actrice que dans les jeux, Jen Taylor… Les fans américains étaient heureux de la trouver et l'ont fait savoir sur les réseaux. Pour le moment, la réception est assez mitigée du côté des américains après c'est souvent le cas pour des adaptations, surtout de jeux vidéo qui ont un public de fans assez hardcore. À voir comment le public français va réagir !