MENU
Accueil
"Genera+ion" : le teen drama queer de HBO entre "Sex Education" et "Euphoria"
Écouter le direct

"Genera+ion" : le teen drama queer de HBO entre "Sex Education" et "Euphoria"

Le Screen du 28 septembre 20213 minutes
La série arrive dès le 30 septembre sur MyCanal.

Depuis quelques années, la tendance sérielle tend beaucoup vers les teen drama. S'ils existent depuis toujours, ils sont de plus en plus présents notamment avec la multiplications des plateformes qui veulent toutes leur série d'ados. Ça devient donc de plus en plus difficile pour elles de se faire une place, mais Genera+ions arrive à s’émanciper de ses concurrents en étant une série 100% queer et inclusive. A noter aussi que le t a été remplacé par un +, pour faire un écho direct au mouvement LGBTQIA+, ce qui met dans l'ambiance de la série directement. 

Inversion des codes

La série se déroule dans un lycée de Orange County en Californie, et suit des lycéens en quête d’amour et de sexe qui vont tenter de se découvrir et de s’aimer en cherchant leur identité. Si le pitch n’a rien de très original, ses personnages le sont avec pour une fois une minorité d'hétérosexuels, et une majorité de bi et de gays. 

Genera+ions inverse les codes de genre, notamment grâce à son personnage principal Chester. Ouvertement gay, il est l’athlète star du lycée, qui se balade en crop top moulant et lunettes à paillettes. Pour une fois, le joueur de water polo n’est plus représenté en tant que beau gosse bodybuildé, mâle alpha, harceleur et misogyne. Il est interprété par Justice Smith, déjà vu dans The Get Down et le film Pokemon. L'acteur de 25 ans irradie dans la série, et promet d'aller très loin dans sa jeune carrière.

Authentique mais too much 

La série a été co-produite par Lena Dunham, à qui l’on doit la série Girls, petite pépite féministe des années 2010. Et elle n'est pas arrivée sur le projet pour rien, car Genera+ions a été créée par l'une de ses anciennes stagiaires Zelda Barnz. Cette dernière a commencé à écrire la série à 17 ans, et en a aujourd'hui 19. Elle l'a créée avec son père Daniel, et s’est inspiré de son vécu, notamment le fait qu'elle vienne d'une famille 100% gay, avec deux papas et un frère homosexuel. Elle a pu s'inspirer de ses expériences pour se rapprocher d'autant plus de la réalité. 

Si la série excelle dans la représentation des sexualités, elle se perd dans la multiplication de ses thématiques. Fusillade dans les lycées, dépression, grossesse non désirée, impact des réseaux sociaux… Tout y passe. Par moment il vaut mieux se concentrer sur un ou deux sujets importants pour éviter d'en survoler d'autres. C'est ce qu'arrivent bien à faire Euphoria ou 13 Reasons Why par exemple. Heureusement, Genera+ions adopte un ton assez léger avec des dialogues remplis d'humour et de second degré qui permettent d'apporter une touche de fraicheur au show, à la manière de Sex Education par exemple. Malheureusement, la série n'a pas été renouvelée pour une saison 2 par HBO Max, mais vu que sa saison 1 compte 16 épisodes, la déception est moins lourde. 

GENERA+ION saison 1, épisode 1 à 8 disponibles dès le 30 septembre sur CANAL+.