MENU
Accueil
"Derrière nos écrans de fumée" : Facebook répond au documentaire choc de Netflix
Écouter le direct

"Derrière nos écrans de fumée" : Facebook répond au documentaire choc de Netflix

Le Screen du 06 octobre 20203 minutes
Sorti le mois dernier, lle documentaire suscite un grand intérêt et crée aussi quelques polémiques.

On s'est déjà tous posé la question : est-ce que les réseaux sociaux ont véritablement un impact sur nous ? Le documentaire Derrière nos écrans de fumée, en anglais The Social Dilemma, vient y répondre en plusieurs points, en faisant appel à des experts de la technologie qui ont tous travaillé dans les plus grosses entreprises qui dominent les réseaux sociaux aujourd'hui telles que Google, Twitter, Instagram et évidemment Facebook. Et si la plupart ont aidé à mettre en place les modèles économiques de ces boîtes, aujourd’hui ils poussent un cri d’alerte sur les conséquences qu’elles ont sur l’humanité. Dépendance, manipulation, polarisation, dépression... Toutes les faces (trop souvent) cachées des réseaux est mise en avant dans le documentaire. 

Sauf que forcément, ce type de dénonciation ne plaît pas à tout le monde, et en particulier à l'entreprise de Mark Zuckerberg. Facebook a publié un communiqué de presse vendredi dernier intitulé "Pourquoi The Social Dilemma se trompe", en accusant le documentaire de faire du "sensationnalisme". Pour l'entreprise, il "n'inclut pas les idées de ceux qui travaillent actuellement dans les entreprises ou d’experts qui ont une vision différente du récit proposé par le film. Il ne reconnaît pas non plus les efforts déjà déployés par les entreprises pour résoudre certains des problèmes qu’elles soulèvent. Au lieu de cela, ils s’appuient sur les commentaires de ceux qui n’ont pas été à l’intérieur depuis de nombreuses années.". Facebook va même jusqu'à se justifier point par point sur tout ce qui est dit dans le documentaire, que ce soit l’addiction, les algorithmes, les fakes news ou encore les élections américaines. 

Sauf que les justifications de Facebook interviennent un peu comme un cheveux sur la soupe. En effet, le documentaire n'attaque pas une entreprise ou un dirigeant personnellement, c’est plus une alerte dans son ensemble. Il démontre que si on ne paye pas pour un produit, c’est que nous sommes le produit, un produit utilisé malheureusement par les réseaux sociaux pour anticiper nos choix. Et si les générations d'après 20 ans ont encore un peu de recul sur la situation, ça va devenir de plus en plus compliqué pour celles à venir car elles n’auront connu que ce modèle de société. Le documentaire parle d'ailleurs du nombre de suicide et d’automutilation qui sont en augmentation depuis 10 ans chez les adolescentes, soit la période de croissance des réseaux sociaux. Les nouvelles générations seraient plus déprimées, si bien qu’elles passent moins leur permis du conduire et qu’elles ont moins de rendez vous à l’extérieur. D’ailleurs tous les professionnels de la tech interviewés disent qu’ils interdissent les réseaux à leurs enfants, alors que la plupart les ont aidé à les faire exister et à les faire évoluer. L'arroseur arrosé ?