MENU
Accueil
"The Comey Rule", "Veep", "House of Cards"... Quand les séries s'emparent de la politique américaine
Écouter le direct

"The Comey Rule", "Veep", "House of Cards"... Quand les séries s'emparent de la politique américaine

Le Screen du 03 novembre 20204 minutes
Qu'elles soient comiques ou dramatiques, les séries politiques reflètent une Amérique parfois fantasmée, mais souvent critiquée.

En ce jour d'élection américaine, rien de mieux que de se replonger dans des séries politiques ayant marqué les esprits par leur reflet de la société, dans un pays où la fiction dépasse (trop) souvent la réalité. 

"The Comey Rule", Canal +

Dernière série politique en date qui fait beaucoup parler, The Comey Rule a pour particularité de s'inspirer de faits réels, et de mettre en scène des personnages que l'on connait bien à commencer par le président Donald Trump, interprété par Brendan Gleeson. La série revient sur les élections américaines de 2016, et en particulier sur les investigations du FBI qui avaient dévoilé les mails d’Hillary Clinton alors que la campagne présidentielle n'était pas terminée. Le FBI est alors détesté par les démocrates et accusé de prendre parti pour Donald Trump. 

La mini-série, coupée en 4 épisodes pour Canal +, s'inspire du livre de l'ancien directeur du FBI James Comey, joué par le talentueux Jeff Daniels (The Newsroom). Une véritable plongée dans l'une des institutions les plus protégées des Etats Unis, dont le timing n'est pas laissé au hasard, comme l'a dévoilé le créateur de la série Billy Ray, lors du festival Canneséries : "The Comey Rule a été diffusée fin septembre sur la chaîne Showtime, il était important de raconter cette histoire avant que nos concitoyens ne retournent aux urnes. Il ne s’agit pas de politique, mais d’information, renchérit Jeff Daniels. La démocratie est fragile, il faut la protéger." 

"House of Cards", Netflix

Difficile de parler de séries politiques de la décennie sans évoquer House of Cards. Carton de critique et d'audience, la série suivait le président fictif Frank Underwood, manipulateur, cynique et totalement sociopathe, joué par Kevin Spacey. House of Cards a été la première création originale de Netflix, et si les premières saisons sont des vraies masterpiece, la série perd en qualité au fur et à mesure. Sa narration particulière, où Kevin Spacey s'adresse directement à la caméra, est devenue emblématique dans la pop culture. 

Et s'il est compliqué de la revoir pour beaucoup, car Kevin Spacey a été accusé d'agressions sexuelles, elle vaut tout de même le détour pour ses autres personnages, notamment les féminins comme la journalistes Zoé Barnes interprétée par Kate Mara, et la sublime Claire Underwood jouée par l'incroyable Robin Wright. C'est d'ailleurs elle qui prend le pouvoir à la fin de la série, les producteurs ayant décidé de tuer son mari après les affaires de l'acteur, qui a été renvoyé. 

"Succession", OCS 

Si elle n'est pas une série politique à proprement parler, Succession dresse un portrait d'une Amérique totalement actuelle en analysant les dynasties américaines via la famille fictive Roy. Le père Logan Roy (Brian Cox), est un milliardaire colérique à la tête d’un empire médiatique aux Etats Unis. Un personnage inspiré de l'homme d'affaire Robert Murdoch mais qui rappelle aussi beaucoup Donald Trump, et tous ses empires familiaux. La série porte une critique des Etats Unis sous l'ère Trump avec un cynisme et un humour noir qui en font sa force. 

Alors oui, les personnages sont des grosses pourritures mais les acteurs, qui les interprètent sont géniaux. On arrive même à s'attacher à certains, comme le fils prodige (mais pas trop) Kendall Roy, joué par Jeremy Strong qui a remporté l'Emmy du meilleur acteur cette année. Succession jongle entre les batailles de pouvoir dans la famille, mais aussi la manipulation des médias par les actionnaires, et comment ils arrivent (trop) souvent à leurs fins. La troisième saison est très attendue par les fans, après un final grandiose en saison 2. 

"Veep", Canal +

Contrairement à beaucoup de série politique, Veep est une sitcom comique et satirique portée par la géniale Julia Louis-Dreyfus. Elle y joue la vice-présidente américaine fictive Selina Meyer, totalement égocentrique, grossière et qui déteste tout le monde. Un personnage qui rappelle étrangement une personne bien réelle à la tête des Etats Unis. Assez peu connue en France, Veep est pourtant un vrai phénomène de société aux Etats-Unis où elle est considérée comme l'une des meilleures séries comiques de ces dernières années. 

Julia Louis Dreyfus a reçu 6 Emmy pour son rôle, et au delà de son aspect comique, la série va plus loin. Sous couvert d'humour noir, elle dénonce le système des élites et porte un étendard féministe assez important via le personnage de Selina. La série s'est arrêtée l'année dernière après 7 saisons, car elle était rattrapée par la triste réalité politique du moment, comme l'avait déclaré le créateur Armando Iannucci : "c'était devenu difficile. Les choses dont la série se faisait une fierté --les erreurs, les faux-pas, les lapsus, le personnel incompétent--, c'est toutes les heures maintenant". 

Pour les amateurs du genre, il y a évidemment aussi A la Maison Blanche, disponible sur Canal +, considérée comme l'une des classique du genre et en avance sur son temps puisqu'elle a été créée en 1999. Dans un genre plus grand public, Designated Survivor peut faire l'affaire si on aime les bons gros dramas et Kiefer Sutherland. The Good Wife a aussi marqué son époque avec l'interprétation de la talentueuse Julianna Margulies en avocate qui se défait de son image de "femme de". Elle a eu le droit à son spin off The Good Fight, qui s'inspire énormément de l'actualité comme les mouvements Black Lives Matter et Metoo.