MENU
Accueil
"Black Widow" sur Disney+ : les plateformes sont-elles l'avenir du cinéma ?
Écouter le direct

"Black Widow" sur Disney+ : les plateformes sont-elles l'avenir du cinéma ?

Le Screen du 24 mars 20213 minutes
Elles gagnent du terrain, et convoitent les films les plus attendus.

Comme tous les studios depuis le début de la pandémie, Disney galère pour sortir ses films en salle à cause de la fermeture des cinémas dans le monde entier. Et hier, ils ont encore annoncé le report de leurs grosses sorties à venir à commencer par Black Widow. 

Le film très attendu avec Scarlett Johansson devait sortir l’année dernière, et il vient d’être reporté pour la quatrième fois au 7 juillet prochain chez nous, 9 juillet aux Etats-Unis. Et comme on pouvait s'y attendre, il ne va pas sortir qu’au cinéma puisqu'il sera disponible en simultané en VOD sur Disney+, moyennant un coût supplémentaire. Même cas de figure pour Cruella avec Emma Stone reporté en mai prochain, et Luca le nouveau Pixar sera lui privé de sortie en salle, et directement disponible sur la plateforme. 

Disney reprend le même mode de fonctionnement qu'ils avaient mis en place pour Mulan l'année dernière. Des décisions qui ne concernent pas la France à cause de la chronologie des médias qui interdit les sorties simultanées en VOD et au cinéma. Mais cette décision reste importante et veut en dire beaucoup sur l’avenir du cinéma actuel. Le problème étant que si les salles restent fermées, les tournages eux continuent, et les studios se retrouvent donc avec plein de films terminés qu’ils ne peuvent pas sortir. Donc forcément, la solution "plateforme" sonne comme une bouée de sauvetage. Warner a employé la même méthode en annonçant sortir ses films en simultané sur HBO Max cette année, dont des blockbusters très attendus comme Dune, Matrix 4 ou The Suicide Squad. 

Des décisions qui ne plaisent pas à tout le monde, notamment aux réalisateurs. Christopher Nolan avait par exemple qualifié Warner d’être devenu "le pire service de streaming" et Denis Villeneuve, qui réalise Dune, a déclaré que Warner pourrait bien avoir "tué la franchise". Des réactions compréhensibles car si certains films sont produits directement pour des sorties en VOD, la majorité restent faits, pensés et réfléchit pour le grand écran. On parle de mois de travail, de centaine de gens mobilisés, d'argent investi... Regarder un Marvel ou un Matrix 4 sur sa télévision n'a pas la même saveur, car le cinéma reste un lieu pensé pour la diffusion des films. 

En France, vu que les sorties en simultanées ne sont pas possibles, on reste moins impacté par ces décisions. Mais les plateformes peuvent toutefois racheter un film et le sortir directement en VOD, comme l'a fait Amazon avec Forte de Melha Bedia ou Netflix avec Bronx d'Olivier Marchal. Mais ça reste moins démocratisé pour une raison simple : aux Etats Unis tous les studios ont leur propre plateforme donc ils ne demandent même pas l'avis des réalisateurs. En France ils ont encore leur mot à dire, comme Valérie Lemercier par exemple, qui a refusé que son faux biopic sur Céline Dion Aline sorte sur une plateforme, alors qu'elle était très courtisée.