MENU
Accueil
"Antidisturbios" : la série espagnole haletante sur une bavure policière
Écouter le direct

"Antidisturbios" : la série espagnole haletante sur une bavure policière

Le Screen du 18 mai 20213 minutes
Six épisodes qui ne vous laisseront pas indemnes.

Antidisturbios en espagnol signifie anti-émeute et c’est le nom de la série espagnole qui est arrivée la semaine dernière sur Canal +. Déjà sortie en Espagne sur Movistar +, et chez nous sur Polar +, la série est un thriller sur la police madrilène qui prend aux tripes. Elle se concentre sur 6 policiers de la brigade anti-émeute, qui vont être pris dans une sombre histoire de bavure policière. Sont ils réellement coupables ? Qui vraiment tenir pour responsable ? Comment mieux gérer les débordements ? Ce sont ce genre de question tristement d’actualité qu'Antidisturbios soulève. 

Dès le départ, la série nous met dans le bain avec un premier épisode génial et brutal. Il est filmé caméra à l’épaule en mode documentaire et nous entraîne directement avec cette brigade de flic qui doit expulser un couple de leur appartement, sauf que ça tourne mal et que plusieurs personnes sont là pour empêcher l’expulsion. Le chef de la brigade demande donc du renfort à ses supérieurs qui lui refusent. Les policiers sont donc obligés de mener l’opération en minorité et se font vite dépasser par la situation : lors d’une émeute entre les deux camps un réfugié sénégalais tombe et meurt sur le coup. 

La brigade est donc accusée, et une enquête s’ouvre sur eux menée par la police des polices, portée par le personnage de Laia (Vicky Luengo). La jeune flic va vouloir savoir la vérité en les mettant sur écoute, et en les interrogeant. Mais petit à petit, elle se rend compte qu'elle se trompe de cible, et une affaire de corruption de dirigeants haut placés vient s'ajouter au tableau.

Là où Antidisturbios frappe fort c'est qu'elle arrive à ne porter aucun jugement sur ses flics, dépassés par la situation. On plonge dans leur quotidien sans artifice, on ne les aime pas mais on ne les déteste pas non plus. On peut avoir de la peine pour eux sans les plaindre non plus. Le réalisateur Rodrigo Sorogoyen a réussi à instaurer une distance dans sa série, qui l'a rend d'autant plus percutante et réaliste. Et si les séries espagnoles sont connues pour être de bons divertissements, type La Casa de Papel ou Qui a tué Sara, Antidisturbios, prouve qu'elle peuvent aller encore plus loin et approfondir un vrai sujet d'actualité. Et pour les amateurs, ils seront ravis de retrouver l'acteur Hovik Keuchkerian alias Bogota dans La Casa de Papel, qui tient l'un des rôles titres du chef de brigade.

Tristement d'actualité, les bavures policières sont devenues un sujet énormément traité dans les fictions internationales aujourd'hui. Que ça soit chez nous avec Adama Traoré ou aux US avec Georges Floyd, les méthodes de la police sont remises en cause et sont au cœur de beaucoup de conversation. Et si on a déjà vu beaucoup de films les traiter du point de vue des victimes ou de la famille, les productions focalisées sur la police se font plus rares. En France, ce point de vue a été exploré par Ladj Ly avec son film multi-récompensé Les Misérables, qui suivait une brigade de la BAC qui commettait une bavure dans une cité de Clichy-Montfermeil.