MENU
Accueil
Vaccination des enfants contre le Covid : est-ce la clé pour freiner la propagation du virus ?
Écouter le direct

Vaccination des enfants contre le Covid : est-ce la clé pour freiner la propagation du virus ?

Le Check info du 07 décembre 20212 minutes
La vaccination des enfants à risque qui ont entre 5 et 11 ans sera possible à partir du 15 décembre. Ça représente 360 000 enfants atteints de maladies graves et le gouvernement espère rendre le vaccin accessible à tous les enfants d’ici la fin de l’année, sur la base du volontariat.

Que ce soit pour les enfants fragiles ou pour tous les enfants, la possibilité de vacciner est facultative, elle est basée sur le volontariat, il n’y a pas d’obligation. Mais la mesure fait quand même débat : est-ce efficace ? Et qu’en disent les médecins ? Sauf que le corps médical est divisé sur la question avec deux approches possibles.

Les enfants, source n°1 de propagation du virus

La première approche, c’est celle des épidémiologistes, les spécialistes des épidémies, qui disent tous que, aujourd’hui, les enfants sont la source numéro un de propagation du virus et que les vacciner permettrait de freiner le cycle de contamination. Actuellement dans 28 départements en France, pour 100 000 enfants, on en a 1000 qui sont positifs. C’est deux fois plus que pour les adultes.

Et ça s’explique parce que les enfants sont les champions du partage : c’est valable chaque année pour les gastroentérites, les rhumes, et la chaine de transmission est la même pour le Covid. Or, les plus petits ne se transmettent pas les germes qu’entre eux, ils atteignent aussi les adultes qui les entourent. Et comme les adultes sont plus susceptibles d’être touchés gravement par le Covid, vacciner tout le monde, enfants compris, permettrait de limiter la circulation du virus.

Un nombre de doses limité

La deuxième approche, c’est celle de médecins, travaillant notamment à l’hôpital, qui considèrent que la priorité, ce sont les adultes, pas les enfants, puisque les victimes du Covid, ceux qui finissent majoritairement à l’hôpital, sont âgés ou fragiles. Ces médecins préconisent donc de vacciner en priorité les adultes qui n’ont toujours pas eu leur première dose pour leur éviter de développer une forme grave de la maladie. Sachant que le stock de doses disponibles actuellement se situe autour de 6 millions de doses, et que les non-vaccinés représentent entre 6 et 7 millions de personnes, utiliser les doses disponibles pour les enfants, d’après ces médecins, ce serait priver les adultes non-vaccinés (et les vaccinés éligibles au rappel) de millions de doses.

Le vaccin est-il efficace sur les enfants ?

Une dizaine d’études a été menée sur des enfants. La plus reprise, celle qui a testé le plus d’enfants, a été publiée en novembre aux Etats-Unis. Et elle montre que sur 1300 enfants vaccinés, seuls 3 ont été infectés par le Covid au bout de sept jours. Sur le panel de 600 enfants non-vaccinés auxquels ont a injecté un placebo, 16 ont été infectés, ce qui démontre un ralentissement des infections avec le vaccin.

Pourquoi "juste" un ralentissement ? Parce que les vaccins servent à éviter de tomber malade, mais ils n’empêchent pas la transmission du virus. Techniquement, cela signifie qu’une personne vaccinée peu "porter" le virus sur elle mais qu’elle va le garder beaucoup moins longtemps qu’une personne non-vaccinée sur laquelle le virus va rester et éventuellement se développer. Vacciner les enfants, c’est une mesure, mais l’Inserm le rappelle : il faut aussi porter le masque, surtout à l’intérieur, respecter les gestes barrières, aérer les pièces, et protéger les plus fragiles, les seniors, les malades, avec le vaccin.