MENU
Accueil
#tchetchenes : Le point sur les violences à Dijon
Écouter le direct

#tchetchenes : Le point sur les violences à Dijon

Le Check info du 16 juin 20202 minutes
Des vidéos de groupes d'hommes encagoulés et armés font le tour des réseaux depuis 4 jours accompagnées du hashtag #tchetchenes : Que se passe-il, depuis vendredi, à Dijon ?

Vous avez forcément vu passer des snap et des tweets avec les hashtag : #Dijon et #tchétchènes… partagés des milliers de fois. 

Depuis vendredi, le quartier des Grésilles assiste à une démonstration de force largement mise en scène sur les réseaux par des hommes se présentant comme tchétchènes qui expliquent que le 10 juin, un jeune de leur communauté âgé de 16 ans aurait été lynché par deux dealers de 25 et 30 ans. Un jeune qui serait encore à l’hôpital, c’est ce qui aurait mobilisé ce groupe de tchétchènes venus de toute la France pour intimider les dealers de la cité des Grésilles. 

Ils veulent faire la police et la justice eux-mêmes. Depuis vendredi soir, plusieurs dizaines d'hommes se sont rassemblés place de la République vers minuit, avec cagoule, barre de fer, batte de Baseball, couteau ou encore marteau… Plusieurs vidéos montrent qu’ils ont attaqué un bar à chicha, les policiers de la BAC sont très vite arrivés sur place et ont dispersé le groupe à l’aide de gaz lacrymogène. Quelques bris de verre et 10 blessés, mais ça ne s’est pas arrêté là. Le lendemain, même scénario, cette fois avec des tirs, toujours dans le quartier des Grésilles : le gérant d’une pizzeria a été atteint, ses jours ne sont pas en danger mais il n'y a eu aucune interpellation . 

Et enfin, dans la soirée de dimanche, rebelote, de nouveau des dizaines de tchétchènes, paradant en voiture dans le quartier avec des barres de fer. Il y a même eu un accident qui a fait le tour des réseaux : une voiture qui a percuté un poteau avant de faire un demi-tonneau. Mais à la fin, pas d’exaction, pas d’affrontement, donc pas d’interpellation. 

D'après les policiers, il s'agit d'un groupe qui crie fort mais qui ne commet pas de délit.  

Une enquête a été ouverte pour "tentative de meurtre en bande organisée, dégradation et incitation à la violence". La priorité est le retour au calme, avec un renfort de 40 CRS et 60 gendarmes mobiles, puisque les tchétchènes sont partis dimanche mais des jeunes prétendant faire de l’autodéfense ont incendié une voiture, des poubelles et caillassé une équipe de journalistes… Bilan : quatre interpellations. C’est ce que reprochent les habitants aux autorités : avoir été abandonné pendant trois jours… Sachant que ce qui s’est passé n’est pas spécifique à Dijon, à Nice aussi, un groupe tchétchène a débarqué en expédition punitive, là aussi contre des dealers, même chose à Troyes il y a quelques semaines, ou encore à Rouen… Des villes dont les maires déplorent tous un manque d’effectifs policiers. A Dijon, vendredi soir, ils étaient 8 en faction en centre-ville, face à 140 hommes cagoulés et armés…

Marion Lagardère démêle le vrai du faux, c'est le Check Info à retrouver sur YouTube, Facebook et Twitter.