MENU
Accueil
Les hospitalisations actuelles sont-elles dues au non-respect du confinement ?
Écouter le direct

Les hospitalisations actuelles sont-elles dues au non-respect du confinement ?

Le Check info du 06 mai 20202 minutes
On est au 51ème jour de confinement, une réflexion n’en finit plus de tourner sur les réseaux : "s’il y a encore des morts du Covid-19 après un mois et demi d’enfermement, c’est parce que le confinement n’est pas respecté", alors vrai ou pas ?

Sans dédramatiser, les chiffres baissent depuis plusieurs semaines, cela est valable pour le nombre de décès avec 330 hier ( c'est 3% de moins que la veille), mais aussi le nombre de personnes admises en réanimation : 111 hier, soit 7 fois moins qu’il y a un mois. Toute la question est de savoir : qui sont les personnes qui arrivent encore à l’hôpital en état grave ? 

Pourquoi y a t-il encore des contaminations et encore des morts ? 

Le professeur Gilles Pialoux, chef du service des maladies infectieuses à l’hôpital Thenon à Paris a donné un début de réponse sur France Télévision, il nous explique que le virus continue de se transmettre, notamment via les porteurs sains, ceux qui ne développent pas de symptômes visibles, dans des lieux, comme la maison, où l’on ne se protège pas. Il faudrait vraiment que toute la France soit totalement confinée pour que le virus s’éteigne : pas de commerces, pas de travailleurs en extérieur, pas de sorties, un peu comme ce qui a été fait à Wuhan en Chine, avec interdiction totale de sortir.

Et puis parmi les personnes prises en charge, il faut aussi compter les soignants : d’après une enquête menée par la CGT Santé, 12 000 personnels des hôpitaux ont été contaminés par le virus depuis le début de l’épidémie, ce qui représente 2% des effectifs, soit 11 fois plus que pour la population générale. Enfin, parmi ceux qui décèdent, beaucoup sont restés en réanimation 15, 20, voire 30 jours dans certains cas, sans parvenir à guérir du virus. Ce ne sont donc pas des personnes contaminées ces derniers jours mais bien plus tôt.

En conclusion : dire que les morts d’aujourd’hui sont dû au non-respect du confinement, c’est un peu court, et c’est justement le problème : la nuance tient rarement en un tweet ou en trois lignes.

Marion Lagardère démêle le vrai du faux, c'est le Check Info à retrouver sur YouTube, Facebook et Twitter.